Index Halakhot Index Halakhot

Havdala du samedi soir où tombe le 9 Av

Question : Comment doit-on procéder concernant la Havdala, lorsque le 9 Av tombe un samedi soir ?

Décision de la Hala’ha

On ne récite pas la Havdala le samedi soir où tombe le 9 Av. On la reporte au dimanche soir à la sortie du jeûne, uniquement sur un verre de vin, sans flamme, ni parfums.

Cependant, le samedi soir – avant de lire E’ha et les Kinot – on récite uniquement la Bera’ha de « Boré Méoré HaEsh » sur une flamme.

Une femme qui ne se rend pas à la synagogue le samedi soir du 9 Av doit dire la Bera’ha sur une flamme, chez elle.

Lors de la Havdala à la sortie du 9 Av, il faut réciter uniquement les Bera’hot (Boré Péri HaGuefen et Hamavdil) sans les versets préliminaires que l’on a l’usage de dire le samedi soir.

A la sortie de Shabbat, lorsque le jeûne débute, il faut prononcer verbalement la phrase « Barouh’ Hamavdil Ben Kodesh Leh’ol », afin d’être autorisé à faire des Mela’hot (des activités qui sont interdites pendant Shabbat), et de pouvoir déchausser les chaussures en cuir et revêtir les habits de semaine.

Les vêtements portés le jour du 9 Av (dés samedi soir à la tombée de la nuit) doivent avoir été portés les jours précédents.

Toutes les personnes exemptes du jeûne (un enfant qui n’a pas atteint l’âge de 13 ans pour un garçon, et de 12 ans pour une fille ; un malade - véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger - ; une accouchée qui se trouve dans les 30 jours de son accouchement ; une femme qui a fait une fausse couche après 40 jours de grossesse ; une personne âgée dont le jeûne diminue la force de façon significative) doivent impérativement procéder à la Havdala le jour du 9 Av avant de manger quoi que ce soit. Elles ne réciteront dans ce cas que la Bera’ha de Boré Peri Haguefen, , et Hamavdil (si ces personnes font Havdala samedi soir, elles ajoutent Boré Meoré Haesh sur une flamme avant Hamavdil).

SOURCES ET DÉVELOPPEMENT

Pour une année où le 9 Av tombe un samedi soir – comme cette année 5775 (2015) – nos maîtres les Rishonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir comment faut-il procéder en ce qui concerne la Havdala sur le verre de vin.

Il y a 3 opinions sur ce point :

Selon l’auteur du Hala’hot Guedolot (Hala’hot relatives au Kiddoush et Havdala page 97) ; les Gueonim, et une très grande majorité des Rishonim, il faut procéder à la Havdala à la sortie du jeûne, c'est-à-dire, dimanche soir avant de consommer quoi que ce soit, il faut procéder à la Havdala sur un verre de vin.

Selon l’auteur du Manhig (Hala’hot relatives au 9 Av, page 50a), il faut procéder à la Havdala à la sortie de Shabbat et faire goûter le verre de vin à un enfant qui n’est pas soumis à l’obligation de jeûner.

Selon le RaMBaN (Torat Haadam chap.260), on ne fait pas de Havdala du tout, puisqu’il est dit dans la Guemara Bera’hot (33a) qu’à l’origine, nos ‘Ha’hamim avaient instauré d’inclure le passage de Havdala dans la prière de ‘Arvit du samedi soir, et lorsqu’ Israël s’est enrichit, ‘Ha’hamim instaurèrent de réciter la Havdala sur un verre de vin. Or, le 9 Av qui tombe un samedi soir, tout Israël est considéré comme pauvre et misérable. Certains Rishonim – comme le RaSHBA dans une réponse Hala’hic (tome 1 chap.117), le RYTBA (sur Ta’anit 30a), le Maguid Mishné (chap.29 des Hala’hot Shabbat, Hala’ha 4 au nom du RaMBaN et du RaN), ainsi que d’autres – partagent l’opinion du RaMBaN.

Il y a une longue argumentation dans les propos des Poskim (décisionnaires) sur ces opinions.

MARAN l’auteur du Shoul’han ‘Arou’h tranche (O.H chap.556) selon l’opinion de l’auteur du Hala’hot Guedolot et ses partenaires, qu’il faut procéder à la Havdala sur un verre de vin à la sortie du 9 Av.

Nous adoptons l’opinion de MARAN puisque nous avons accepté ses décisions Halah’ics.

Par conséquent, nous avons l’usage de procéder à la Havdala à la sortie du 9 Av sur un verre de vin, et par cela, nous marquons la sortie du jeûne.

Lors de la Havdala à la sortie du 9 Av, il faut réciter uniquement les Bera’hot (Boré Péri HaGuefen et Hamavdil) sans les versets préliminaires que l’on a l’usage de dire le samedi soir. C’est ainsi qu’écrit l’auteur du Divré Malkiel (tome 6 fin du chap. 9).

Mais immédiatement à la sortie de Shabbat, lorsque le jeûne débute, il faut prononcer verbalement la phrase « BAROUH’ HAMAVDIL BEN KODESH LEH’OL », afin d’être autorisé à faire des Mela’hot (des activités qui sont interdites pendant Shabbat), et de pouvoir déchausser les chaussures en cuir et revêtir les habits de semaine.

Les vêtements portés le jour du 9 Av (dés samedi soir à la tombée de la nuit) doivent avoir été portés les jours précédents.

On ne récite pas la Bera’ha ni sur la flamme, ni sur les parfums dans la Havdala que nous faisons à la sortie du 9 Av.

En effet, les parfums procurent un plaisir, et le jour du 9 Av nous devons éviter toute forme de plaisir et de satisfaction. C’est ainsi que tranche MARAN l’auteur du Shoul’han ‘Arou’h (O.H chap.556).

Toutes les personnes exemptes du jeûne (un enfant qui n’a pas atteint l’âge de 13 ans pour un garçon, et de 12 ans pour une fille ; un malade - véritablement malade, qui est alité ou autre, même s’il n’est pas en danger - ; une accouchée qui se trouve dans les 30 jours de son accouchement ; une femme qui a fait une fausse couche après 40 jours de grossesse ; une personne âgée dont le jeûne diminue la force de façon significative) doivent impérativement procéder à la Havdala le jour du 9 Av avant de manger quoi que ce soit. Elles ne réciteront dans ce cas que la Bera’ha de Boré Peri Haguefen, (si ces personnes font Havdala samedi soir, elles ajoutent Boré Meoré Haesh), et Hamavdil.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan