Index Halakhot Index Halakhot

Bénédiction finale après avoir consommé un café ou un thé

Dans la précédente Halah’a, nous avons fait mention du Din de la bénédiction finale après avoir consommé une boisson, en précisant que lorsqu’on a bu une quantité minimale de 1 Révi’itt (8,1 cl) « en une seule fois », on doit réciter la bénédiction finale de « Boré Néfachote » après cette consommation. Mais si l’on a bu lentement, sans boire la quantité minimale de 1 Révi’itt « en une seule fois », on ne doit pas réciter de bénédiction finale après cette consommation.

Nous avons écrit qu’au même titre que l’on doit boire 1 Révi’itt en une seule fois pour réciter la bénédiction finale de « Boré Néfachote » pour n’importe quelle boisson, il en est de même pour le café ou le thé, même si l’usage est de consommer ce type de boisson lentement, malgré tout, il ne faut pas réciter de bénédiction finale après les avoir consommé, car nous prenons systématiquement en considération le fait de boire 1 Révi’itt en une seule fois.

Selon cela, il aurait semblé évident que lorsqu’on boit un café ou un thé en quantité minimale de 1 Révi’itt en une seul fois - par exemple lorsque le café a légèrement refroidi et que l’on peut le boire en une seule fois – que l’on doit dans ce cas là réciter la bénédiction finale de « Boré Néfachote » après l’avoir consommé, de même que pour les autres boissons.

Mais en réalité, même sur ce point le Din n’est pas évident, car nous avons déjà expliqué que la quantité minimale pour réciter la bénédiction finale d’une boisson dépend de la façon de boire chez une majeure partie d’individus. Or, puisque la majorité des gens n’ont pas l’usage de consommer le café lorsqu’il est froid, notre maître le H’YDA écrit qu’une personne qui a l’usage de boire le café froid, son usage est considéré comme nul vis-à-vis de la majeure partie des individus, et cette personne ne doit absolument pas réciter de bénédiction finale, car cette façon de le boire n’est pas la façon approprier pour tirer pleinement satisfaction de la consommation d’un café ou d’un thé. Et même si ce point fait l’objet d’une divergence d’opinions Halah’ique parmi les décisionnaires, malgré tout, de nombreux décisionnaires récents ou contemporains (Ah’aronim) approuvent l’opinion du H’YDA sur ce point, et tranchent que les personnes qui laissent volontairement le café refroidir afin de réciter la bénédiction finale, leur usage n’a pas la moindre utilité. Le Gaon auteur du Nahar Mitsraïm va même jusqu’à écrire qu’il ne leur ai pas suffisant de boire seulement « de l’eau noire et froide », mais de plus ils récitent une bénédiction finale qui est probablement en vain puisque cette façon de boire le café est inhabituelle.

Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita – après avoir conclu sur le plan Halah’ique conformément à l’opinion du HYDA – écrit que malgré tout, lorsqu’il s’agit de thé que de nombreuses personnes ont l’usage d’attendre qu’il refroidisse afin de le consommer pour étancher leur soif, il n’est pas approprié de dire que les gens n’ont pas l’usage de le consommer de cette façon, et par conséquent, lorsqu’on boit un thé qui a refroidit et que l’on en boit 1 Révi’itt en une seule fois, on doit réciter la bénédiction finale après cette consommation.

Il semble que le Din est le même pour un café mélangé avec du lait que l’on a laissé refroidir, puisque de nombreuses personnes ont l’usage de le boire rapidement du fait qu’il n’est pas très chaud, il faut trancher également dans ce cas là qu’il faut réciter la bénédiction finale si l’on a bu 1 Révi’itt en une seule fois. Le Gaon Rabbi David YOSSEF Chlita – dans son livre Halah’a Béroura – écrit similairement qu’il n’y a que pour le café noir ou autre que l’on n’a pas l’usage de consommer froid, qu’il ne faut pas réciter de bénédiction finale même si l’on a consommer 1 Révi’itt en une seule fois.

Puisque nous avons parlé de ce sujet, nous allons mentionner une histoire extraordinaire qui s’est produite avec le Gaon Rabbi Chlomo Zalmann OYERBAH’ zatsal.

Le Gaon Rabbi Chlomo Zalmann OYERBAH’ marchait chaque jour de sa maison vers la Yechiva dans laquelle il enseignait. Pendant de nombreuses années, il passait à proximité d’un café qui possédait une grande terrasse. Un jour le Gaon Rabbi Chlomo Zalmann remarqua que lorsqu’on servait le café aux clients, on leur apportait systématiquement un verre d’eau froide. (Cet usage est très répandu, particulièrement en France).

Des années plus tard, le gendre et disciple du Gaon Rabbi Chlomo Zalmann – qui n’est autre que le Gaon Rabbi Zalmann Néh’emya GOLDBERG Chlita – traita justement du sujet dans lequel nous sommes occupés actuellement lors des ces dernières Halah’ot, à savoir doit-on réciter la bénédiction finale après avoir bu un café. Après avoir longuement et intelligemment débattu du sujet devant son beau père et maître, Rabbi Chlomo Zalmann  lui dit :

« Regarde combien est beau l’usage en vigueur dans le café à proximité duquel je passe chaque jour, car puisqu’ils prennent en considération l’opinion des décisionnaires selon lesquels il faut réciter la bénédiction finale après avoir bu un café, pour cette raison ils prennent soin de servir aux clients également un verre d’eau froide, afin que les clients puissent réciter la bénédiction finale et s’acquitter ainsi selon toutes les opinions. »      

Le Gaon Rabbi Chlomo Zalmann OYERBAH’ était réputé pour son intelligence et sa clairvoyance sans pareils, mais du fait de sa grande Tsidkoute (droiture), du grand amour implanté dans son cœur envers chaque juif, et de son étude constante de la Torah, la seule raison qu’il pouvait donner au fait que l’on servait un verre d’eau froide avec le café ne pouvait être uniquement que le patron de ce café prenait en considération l’opinion des décisionnaires selon lesquels il faut réciter la bénédiction finale après avoir consommer un café. « Heureux le peuple qui possède de telles qualités ! »

A travers les propos du Gaon le Rav OYERBAH’ nous pouvons en déduire que la personne qui s’impose a H’oumra de prendre en considération tous les avis, doit simplement boire également un verre d’eau avec le café, en buvant une quantité minimale de 1 Révi’itt en une seule fois, et dans ces conditions, cette personne doit réciter la bénédiction finale selon tous les avis, et méritera la Bénédiction.  

En conclusion :

Lorsqu’on boit un café au lait ou un thé qui ont refroidis et que l’on boit une quantité minimale de 1 Révi’itt (8,1 cl) en une seule fois, on doit réciter la bénédiction finale de « Boré Néfachote Rabbote ». Mais si l’on consomme une boisson très chaude, ou un café noir ou autre que l’on n’a pas l’usage de boire lorsqu’il est froid), même si l’on en consomme une quantité minimale de 1 Révi’itt en une seule fois, puisqu’en général l’usage n’est pas de le boire dans cette condition, on ne doit pas réciter la bénédiction finale après la consommation.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan