Index Halakhot Index Halakhot

La bénédiction sur le riz

Question

Quelle bénédiction doit-on réciter sur des galettes de riz soufflé ?

Que doit-on réciter lorsqu’on consomme le riz soufflé lui-même (Rice-Krispies) ?

Réponse

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que sur toute céréale du Dagan (blé ; orge ; épeautre ; avoine ; seigle) - comme du blé par exemple - qui est consommée à l’état crut sans la moindre cuisson, on doit réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama ».

C’est pourquoi la bénédiction des céréales sous le nom de « Corn Flakes » est « Boré Péri Ha-Adama ».

Mais lorsqu’on fait bouillir une céréale du Dagan au point où les grains adhèrent l’un à l’autre, ou bien lorsqu’on cuit cette céréale, sa bénédiction change et devient « Boré Miné Mézonott ». C’est la raison pour laquelle on récite la bénédiction de « Boré Miné Mézonott » sur une purée de céréales de Dagan, ou bien sur des pâtisseries ou des gâteaux. Mais les autres légumes ou autres céréales qui ne font partie du Dagan, même si on les fait bouillir ou cuire, leur bénédiction reste « Boré Péri Ha-Adama ». C’est pourquoi on récite cette bénédiction sur un plat de pois chiches, de haricots, de lentilles ou autre.Selon cela, il faudrait apparemment réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama » sur du riz, puisqu’il ne fait pas partie des céréales du Dagan. Cependant, il est expliqué dans une Béraïta du traité Bérah’ott (37a) que le statut du riz est identique à celui des céréales du Dagan. S’il est consommé cru, on doit réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama », et s’il est cuit, on récitera la bénédiction de « Boré Miné Mézonott ».

Le ROCH explique que nos maîtres ont donné au riz le même statut que les 5 céréales du Dagan, car le riz possède des propriétés aussi nourrissantes et rassasiantes que les 5 céréales du Dagan.

Malgré cela, il y a quand même une différence entre le riz et les céréales du Dagan, car sur les céréales du Dagan on récite « Boré Miné Mézonott » en bénédiction initiale et « ‘Al Ha-Mih’ya » en bénédiction finale, alors que sur le riz on récite « Boré Miné Mézonott » en bénédiction initiale et « Boré Néfachote » en bénédiction finale.

Cette différence a pour raison le fait que les 5 céréales du Dagan font toutes parties des 7 espèces végétales à travers lesquelles la Torah a vanté les mérites de la terre d’Israël, puisque la terre d’Israël a été glorifiée par le blé et l’orge. Or, l’épeautre est une variante du blé, et l’avoine et le seigle sont des variantes de l’orge. Les 5 céréales font donc toutes parties des 7 espèces à travers lesquelles la Torah vante les mérites de la terre d’Israël, ce qui n’est pas le cas du riz. C’est pourquoi sa bénédiction finale est « Boré Néfachote » comme pour tous les autres légumes et les autres céréales.

A présent, nous allons traiter le cas des galettes de riz soufflé, car étant donné que le riz reste distinct, qu’il a simplement un aspect soufflé et qu’il n’est absolument pas cuit, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita tranche que la bénédiction la plus appropriée à ces des galettes de riz soufflé est celle de « Boré Péri Ha-Adama », car une personne qui consomme des galettes de riz soufflé a le même statut que celle qui consomme du riz cru, au sujet duquel il est expliqué dans la Béraïta que l’on doit réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama ».

Par contre sur le riz soufflé lui-même (Rice Krispies), le Gaon Rabbi Moché FEINCHTEIN zatsal écrit que puisqu’ avant de cuire et de faire gonfler le riz soufflé (Rice Krispies), on le fait d’abord bouillir dans l’eau, et à partir de ce moment là sa bénédiction devient « Boré Miné Mézonott », par conséquent, même après la cuisson des grains et après qu’ils aient retrouvé un aspect qui semble cru, malgré tout leur bénédiction ne redevient pas « Boré Péri Ha-Adama ».

Par conséquent, la bénédiction sur le riz soufflé lui-même (Rice Krispies) est « Boré Miné Mézonott ».

Il en est de même pour des gâteaux ou biscuits faits à base du riz soufflé (Rice Krispies), leur bénédiction est « Boré Miné Mézonott », comme lorsqu’on consomme le riz lui-même.

En conclusion :

Sur le riz nous récitons la bénédiction de « Boré Miné Mézonott ».

Si on en a consommé une quantité minimale de 1 Kazaït (27g) et que l’on doit à présent réciter la bénédiction finale, on récite la bénédiction de « Boré Néfachote ». Le Din est le même pour une personne qui a consommé du riz soufflé (Rice Krispies), puisqu’on le fait bouillir avant de le cuire, on doit réciter la bénédiction de « Boré Miné Mézonott ».

Mais sur des galettes de riz soufflé, puisque dans ce cas le riz n’est absolument pas cuit, on doit réciter la bénédiction de « Boré Péri Ha-Adama », comme lorsqu’on consomme tout autre légume ou céréale.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan