Index Halakhot Index Halakhot

Associer un enfant (non Bar Mitsva) au Zimounn

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué le principe du Zimounn avant le Birkatt Ha-Mazone.

Selon ce principe, lorsque 3 hommes ou plus ont pris ensemble un repas accompagné de pain, ils sont tenus de procéder au Zimounn avant de réciter le Birkatt Ha-Mazone, comme nous l’avons expliqué.

Il est évident que lorsque nous parlons de 3 hommes, il s’agit de 3 adultes qui ont plus de 13 ans et un jour, mais s’il s’agit de 3 enfants en dessous de l’âge de 13 ans, ils n’ont pas le droit de procéder au Zimounn avant de réciter le Birkatt Ha-Mazone.

Si 2 adultes ont mangé en compagnie d’un enfant qui n’a pas atteint l’âge de 13 ans, nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) débattent afin de définir si l’on peut - oui ou non - associer un enfant au Zimounn.

Selon l’opinion du RIF et du RAMBAM il est possible d’associer au Zimounn même un enfant en dessous de l’âge de Bar Mitsva, aussi bien lorsqu’il s’agit d’un Zimounn de 3 personnes, aussi bien lorsqu’il s’agit d’un Zimounn de 10 personnes (où l’on mentionne le Nom d’Hachem comme nous l’avons expliqué dans la précédente Halah’a).

Cependant, même selon l’opinion du RIF, on ne peut associer au Zimounn qu’un enfant qui est au moins en âge de comprendre à qui nous adressons nos bénédictions (c'est-à-dire, un enfant qui comprend la notion des bénédictions de façon générale, et qui comprend que c’est Hachem que nous bénissons). Mais s’il s’agit d’un enfant véritablement en bas âge qui n’a pas la capacité intellectuelle suffisante pour comprendre à qui nous adressons nos bénédictions, on ne peut l’associer au Zimounn, même s’il s’agit d’un Zimounn de 3 personnes. (Il y a certes l’opinion de Rabbénou Tam et d’autres décisionnaires selon laquelle on peut associer au Zimounn même un bébé dans son berceau, mais malgré tout, la majorité des Richonim réfutent ses propos, et la Halah’a n’est pas fixée selon son opinion sur ce point.)

Selon l’opinion de notre maître le ROCH, on ne peut associer au Zimounn qu’un garçon qui a atteint l’âge de 13 ans et un jour, mais s’il s’agit d’un enfant en dessous de cet âge, on ne peut pas l’associer au Zimounn, même s’il sait à qui nous adressons nos bénédictions. Le RAMA – au chapitre 199 – tranche selon l’opinion du ROCH, et tel est l’usage chez les Achkénazes qui se conforment aux décisions Halah’iques du RAMA, et n’associent absolument pas d’enfants au Zimounn, tant qu’ils n’ont pas atteint l’âge de 13 ans révolus.

Mais MARANN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ tranche sur ce point selon l’opinion du RIF et du RAMBAM, car tel est son principe, chaque fois qu’il constate une divergence d’opinions parmi les 3 piliers de la décision Halah’ique – qui sont le RIF, le ROCH et le RAMBAM - il tranche selon la majorité d’entre eux.

En l’occurrence, selon l’opinion du RIF et du RAMBAM, on peut associer un enfant au Zimounn, et par conséquent la Halah’a est fixée selon leur opinion.

Tel est l’usage chez les Séfarades et les originaires des communautés du Moyen-Orient, lorsque 2 adultes ont mangé avec un enfant qui sait à qui nous adressons nos bénédictions, on associe l’enfant au Zimounn.

Nous devons encore expliquer à partir de quel âge précis peut-on associer un enfant au Zimounn selon l’opinion de MARANN.

En effet, le RIF écrit que même si l’enfant est âgé de « 9 ou 10 ans », tant qu’il sait à qui nous adressons nos bénédictions, on l’associe au Zimounn.

Mais le RAMBAM écrit qu’il est suffisant que l’enfant soit âgé de « 7 ou 8 ans », et à partir de cet âge nous l’associons au Zimounn.

MARANN explique l’opinion du RIF dans le Beth Yossef en disant que lorsque le RIF écrit « 9 ou 10 ans », ceci n’a rien d’exhaustif, car le RAMBAM écrit « 7 ou  8 ans », et il ne semble pas qu’il y ait une divergence d’opinions sur ce point entre le RIF et le RAMBAM. Il est certain que tout enfant qui sait à qui nous adressons nos bénédictions peut être associé au Zimounn, dès qu’il est âgé d’au moins 7 ou 8 ans, chaque enfant selon son degré de clairvoyance.

Par conséquent, selon l’opinion de MARANN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, on doit associer au Zimounn tout enfant qui comprend à qui nous adressons nos bénédictions, ce qui correspond à l’âge de 7 ans.

Il est vrai qu’à l’origine notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita avait écrit dans son livre Chou’t Yabi’a’ Omer tome 2, que l’on ne doit pas réponde AMEN à la bénédiction d’un enfant sauf s’il est âgé d’au moins 9 ans qui est l’âge à partir duquel on peut estimer qu’il sait à qui nous adressons nos bénédictions (et il semble donc qu’il en est de même pour le fait de l’associer au Zimounn, puisque nous récitons une bénédiction avec lui, il faut donc que l’on puisse - sur le principe – répondre AMEN à cette bénédiction si on l’avait entendu de sa bouche), malgré cela, dans son livre Chou’t Yabi’a’ Omer tome 8, notre maître le Rav Chlita explique qu’il s’agit là d’un simple enfant qui n’est pas doté de capacités intellectuelles particulières comme dans les précédentes générations.

Mais de notre époque où tous les enfants apprennent correctement à l’école la notion des bénédictions, et qu’il n’existe quasiment pas d’enfant qui ne sait pas à qui nous adressons nos bénédictions, on doit estimer que généralement tout enfant âgé de 6 ans et plus sait à qui nous adressons nos bénédictions.

Nous avons déjà eu l’occasion dans le passé de faire mention de l’obligation qui incombe les parents à apprendre à leurs enfants à s’essuyer correctement après avoir fait leurs besoins naturels, car tant qu’un enfant ne sait pas encore s’essuyer correctement selon les exigences de la Halah’a, ses bénédictions n’ont pas le statut de bénédictions, il est interdit de répondre AMEN à ses bénédictions, et il en est de même pour le fait de l’associer au Zimounn.

C’est pourquoi, s’il s’agit d’un enfant qui n’est pas propre selon les exigences de la Halah’a, on ne peut pas l’associer au Zimounn, et l’on ne peut pas répondre AMEN à ses bénédictions.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan