Index Halakhot Index Halakhot

Quelques règles sur le Birkat Ha-Mazone

Lorsqu’on récite le Birkatt Ha-Mazone, on est tenu d’entendre ce que l’on dit, ce qui signifie qu’il faut réciter à voix légèrement levée afin d’entendre ce que l’on dit.

A posteriori, si l’on a récité le Birkatt Ha-Mazone sans avoir entendu ce que l’on a dit, on est quitte.

Lors de la série des « Ha-Rah’amann » à la fin du Birkatt Ha-Mazone, nous avons l’usage de dire : Harah’amane Hou Yéfarnessenou Bé-H’avod Vélo Bé-Bizouï, « Bé-Hétère Vélo Bé-Issour » (Que le Miséricordieux nous nourrisse « par le permis et non par l’interdit »).

Le Gaon Rabbi Yossef H’AÏM zatsal – dans son livre Ben Ich H’aï – écrit que cette formulation n’est pas juste selon la Halah’a, car il est certain qu’Hachem va nous nourrir par le permis et non par l’interdit, comment pouvons-nous donc exprimer une telle demande à Hachem ?

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita écrit qu’il est ramené dans la Guémara Souccah (52b) que le Yetser Ha-Ra’ (le mauvais penchant) se fortifie chaque jour sur l’individu, et si Hachem ne lui venait pas en aide, l’homme ne pourrait lui résister.

Nous voyons donc qu’il est tout à fait approprié de prier et de demander à Hachem de nous aider à nous sauver du Yetser Ha-Ra’ qui incite parfois l’homme à se nourrir par un moyen interdit, comme l’escroquerie ou autres procédés frauduleux que l’on trouve fréquemment et sur lesquels de nombreuses personnes trébuchent.

Nous trouvons une demande similaire dans les bénédictions de matin où nous disons : « Ne m’emmène pas à fauter, et force mon mauvais penchant à se soumettre à toi » (« Vé-Al Téviéni Lidé H’ète Vé-Lo Lidé ‘Avon, Vé-H’of Ete Yitsri Léhichta’bède Lah’ ») .

Il est vrai que certains ont contesté cette prière, et selon eux, il ne faut pas la dire. Mais le Gaon Yaa’bets écrit sur cela :

De telles critiques ne sont que des propos très étonnants, nuls et insignifiants, car quel est celui qui serait incité par son cœur à vouloir effacer les propres termes du Talmud où cette prière est ramenée ! Nous demandons à Hachem à diverses occasions de la miséricorde sur ce point, afin de ne jamais être incité à fauter, et la volonté d’Hachem est que nous prions pour cela, car si l’homme se stimule par la prière et demande de la miséricorde, on l’aidera, puisqu’il est impossible de se sauver de la faute sans l’aide d’Hachem, même si en définitive, la chose dépend du libre arbitre de l’individu qui choisira ou le bien ou – H’ass Véchalom – le mal.

C'est pourquoi il est juste de dire « Bé-Hétère Vélo Bé-Issour » (Que le Miséricordieux nous nourrisse « par le permis et non par l’interdit »), et celui qui vient pour se purifier, mérite de l’aide.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan