Index Halakhot Index Halakhot

Les règles de priorité dans les bénédictions des fruits

Le soir de Tou Bi-Chvat (le 15 Chvat) qui tombe cette année le vendredi soir 25 Janvier 2013, nous avons la tradition de consommer de nombreux fruits.

Il est donc bénéfique à chacun de se remémorer les principales Halah’ot relatives aux bénédictions sur les fruits, afin de respecter l’ordre prioritaire exigé par la Halah’a.

La Torah vante les qualités de la terre d’Israël, à travers un verset :

« Un pays où il y a le blé, l’orge, la vigne, la figue, la grenade. Un pays où il y a l’olive et le miel ». (Dévarim chap.8, verset 8)

Le Talmud Yérouchalmi (Bikourim chap.1 Halah’a 3) explique que le « miel » dont il s’agit ici représente la datte.

Ces fruits sont prioritaires sur n’importe quelle autre espèce de fruit, concernant la bénédiction.

Exemple : Se trouvent devant moi des pommes et des dattes. La datte fait partie de la catégorie des 7 espèces mentionnées dans le verset (miel), alors que les pommes n’en font pas partie. Je dois choisir la datte pour réciter la bénédiction de Boré Péri Ha-’Ets, puis, après avoir consommé la datte, je consomme la pomme sans réciter de bénédiction, puisqu’elle est acquittée par la bénédiction que j’ai récitée sur la datte.

Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita écrit que même si je préfère la pomme à la datte, Il faut quand même réciter la bénédiction sur la datte, car l’importance d’un fruit sur un autre fruit dépend de sa présence dans le verset.

Les 7 espèces mentionnées dans le verset ont elles-mêmes un ordre de priorité.

Dans un premier temps, on regarde l’ordre d’apparition dans le verset. On doit chercher en premier un aliment à base de farine de blé ; à défaut, à base de farine d’orge ; à défaut, une olive ; à défaut, la datte ; à défaut, le raisin ; à défaut, la figue ; à défaut, la grenade. Si aucun de ces fruits n’est présent, on choisira n’importe quel fruit pour réciter la Bénédiction.

En effet, dans le verset, le mot ERETS (un pays) apparaît 2 fois (un pays où il y a le blé, l’orge, la vigne, la figue, la grenade. Un pays où il y a l’olive et le miel.) Or, l’olive est en position N°1, et la datte, en position Nº 2 après le 2ème ERETS, alors que le raisin (vigne) ne vient qu’en position Nº 3 après le 1er mot ERETS. 

L’une des raisons pour lesquelles on couvre le pain lors du Kiddouch, est justement que le pain (Blé) devance le vin (vigne) dans le verset, et que de ce fait, on devrait normalement réciter la bénédiction sur le pain avant de faire le Kiddouch sur le vin. En le couvrant, on considère que le pain n’est pas là, et l’on peut donc donner priorité au vin sur le pain.

Cet ordre de priorité dans les bénédictions n’est imposé que si le fruit est présent devant nous. Mais il ne faut pas attendre de réciter les bénédictions sur d’autres fruits sous prétexte que le fruit prioritaire n’est pas encore là.

Exemple : J’ai devant moi des pommes. Je ne vais pas attendre qu’on apporte une des 7 espèces pour la faire passer en priorité. Ou bien, j’ai devant moi des raisins. Je ne vais pas attendre qu’on apporte devant moi une olive ou une datte pour les faire passer en priorité.

Lorsqu’on récite une fois la bénédiction de Boré Péri Ha-’Ets sur un fruit de l’arbre, on acquitte de cette bénédiction tous les fruits de l’arbre présents lors de la bénédiction (sauf si l’on a eu explicitement l’intention de ne pas en manger davantage).

Si par erreur, on n’a pas respecté l’ordre de priorité du verset pour la bénédiction de Boré Péri Ha-’Ets, par exemple, on a récité Boré Péri Ha-’Ets sur un raisin, alors que l’olive était présente, ou bien qu’on a récité Boré Péri Ha-’Ets sur une pomme, alors qu’un fruit des 7 espèces était présent, on ne recommence pas la bénédiction, puisque l’ordre de priorité n’est obligatoire qu’à priori (Léh’atéh’ila), et non à postériori (Bédi’avad).

 

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan