Index Halakhot Index Halakhot

Suite des règles de la prière de rattrapage (תפילת התשלומין)

Lors des dernières Halah’ot , nous avons traité du cas de la personne qui a oublié l’une des prières journalières, et nous avons établi que cette personne est tenue de rattraper la prière manquée, en priant 2 fois la ‘Amida lors de la prière suivante, en considérant la première comme étant celle qu’il doit prier à ce moment, et la deuxième comme étant la prière manquée.

Les décisionnaires débattent afin de définir si la prière de rattrapage doit impérativement suivre la prière d’obligation.

Selon certains, il faut faire suivre la prière de rattrapage immédiatement après avoir achevé la ‘Amida.

Selon d’autres, ce n’est pas nécessaire. Selon ce dernier avis, il serait tout à fait possible à une personne qui a oublié de prier ‘Arvit, ou qui a oublié de mentionner « Ya’alé Véyavo » dans la ‘Amida de ‘Arvit de H’ol Ha-Mo’ed ou autre, de prier Chah’arit le lendemain matin avec l’assemblée, et après avoir prié la ‘Amida, cette personne pourra dire « Achré » et « Ouva Lé-Tsion », terminer toute la prière avec l’assemblée, et ensuite prier la ‘Amida supplémentaire en rattrapage de ‘Arvit.

Le Gaon Rabbi David YOSSEF Chlita écrit qu’à priori il est préférable de prier la ‘Amida de rattrapage immédiatement après avoir achevé la prière d’obligation, sans s’interrompre entre les deux. Il est donc préférable d’enchaîner véritablement la ‘Amida de rattrapage à la ‘Amida d’obligation, sans poursuivre en disant « Achré » et « Ouva Lé-Tsion » et le reste de la prière, entre les deux prières, et encore moins en mangeant ou en buvant entre les deux prières. Il faut au contraire s’empresser de prier la ‘Amida de rattrapage. Cependant, si à posteriori on s’est interrompu entre les deux prières, aussi bien en disant « Achré » et « Ouva Lé-Tsion », aussi bien par le fait d’avoir consommer, il faut malgré tout arrêter ce que l’on est en train de faire et prier immédiatement la ‘Amida de rattrapage, en émettant au préalable une condition verbale en disant : « Si je suis tenu de prier de nouveau la ‘Amida, qu’elle soit considérée comme une ‘Amida obligatoire, sinon, qu’elle soit considérée comme une ‘Amida offerte à titre personnel. »

Cependant, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita écrit qu’il est permis d’écouter d’abord la répétition de la ‘Amida avant de prier la ‘Amida de rattrapage, car la répétition n’est pas considérée comme une interruption.

Nos maîtres ont instauré la prière de rattrapage seulement pour la personne qui n’a pas prié, de façon involontaire. Mais s’il s’agit d’une personne qui a volontairement négligé la prière, cette personne fait partie de la catégorie des gens « dont les actes ne peuvent être corrigés ».

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan