Index Halakhot Index Halakhot

Le Gomel; Celui qui descend en mer

Question: la personne qui rentre dans la mer pour y nager, doit-elle réciter la Bérah'a du Gomel en revenant sur la terre ferme? Et est-ce que les soldats qui servent dans l'armée de mer doivent réciter le Gomel à chaque fois qu'ils reviennent sur la terre ferme?

Réponse: dans les précédentes Halah'ott nous avons expliqué que l'une des 4 personnes qui doit réciter le Gomel est celle qui descend en mer et y remonte, nous allons maintenant expliquer en détail les règles relatives à ce Dinn.

Un voyage en mer sans danger

Même les personnes qui naviguent en bateau doivent réciter le Gomel. Le fils du Rambam Rabbi Avraham écrit que les personnes qui voyagent en bateau, bien qu'ils n'ai encouru aucun danger durant leur trajet, doivent tout de même réciter le Gomel en arrivant sur la terre ferme, et ce du fait que tout voyage en mer représente un certain danger même s'il est moindre, c'est pour cette raison que nos sages ont instaurés que tout celui qui voyage en mer doit réciter le Gomel, même si aucun danger n'est apparu au cours du voyage.

Un voyage de courte durée

Il n'y a pas de différence si le voyage en mer était de courte ou longue durée, comme ceux qui prennent une barque pour se balader en mer dans les eaux profondes pour quelques instants, ils doivent réciter le Gomel en remontant.

Voyage en bateau motorisé de nos jours

Les décisionnaires se demandent si de nos jours où il n'existe pas vraiment de danger de prendre le bateau, doit-on réciter le Gomel en remontant sur la terre ferme? Car il est évident que nos sages ont instauré cette Bérah'a parce qu'à leur époque il existait un grand danger de voyager en mer, et beaucoup de gens ont péri de la sorte, mais à notre époque le voyage en mer n'est pas dangereux du tout et apparemment il n'y a pas lieu de réciter cette Bérah'a?

Concrètement Rabbi Avraham Itsh'ak Ha-Cohen Kook zatsal écrit dans livre Orah' Michpatt que même de notre époque où les bateaux sont très grands et motorisés et  le risque est minime, malgré tout il faut réciter le Gomel, car dès lors où nos sages ont instaurés cette Bérah’a pour celui qui voyage en mer on ne ferra pas de distinction entre  les moyens de transport utilisé pour traverser la mer (bien que la raison pour laquelle cette Bérah’a a été instaurée n’est plus d’actualité la Bérah’a elle, n’est pas annulée pour autant). Surtout qu’il existe toujours un petit danger en mer.

Naviguer sur un fleuve ou une rivière

Tout cela est valable également pour celui qui navigue sur un fleuve ou une rivière, car le risque est le même (sauf si l’eau n’est vraiment pas profonde et il n’y a pas de risque de noyade).

Le Michna Béroura écrit qu’il y a lieu de différencier entre la mer et les fleuves dans lesquelles le danger et moindre, et il conclut que selon les sépharades qui récitent le Gomel mais après avoir pris la route d’une ville à l’autre (comme nous l’expliquerons par la suite) bien qu'il n’y a pas réellement de danger, il en est de même pour les fleuves, mais les Achkénazes qui récitent le Gomel uniquement après le voyage d’un pays à un autre, ils ne réciteront le Gomel seulement après avoir navigué en mer.

Les nageurs

La question qui se pose maintenant est, est-ce que celui qui nage doit lui aussi réciter le Gomel en sortant de la mer ou du lac ?

Notre maître le Rav Chlita écrit :sache, que celui qui nage que ce soit dans la mer ou dans un lac qui est proche de la ville comme le lac Kinnerett, doit réciter le Gomel en présence de 10 personnes en sortant de l’eau et cela, même s’il y a un maître nageur sur place, car beaucoup de noyades ont eux lieu dans de telles conditions. Il n’y a donc pas de différence entre celui qui navigue en mer ou celui qui nage concernant le Gomel.

Les marins et les soldats de l’armée de mer

Les marins (qui voyages pendant plusieurs jours) et les soldats de l’armée de mer, devront en rentrant chez eux, même si c’est pour quelques jours, réciter le Gomel même s’ils savent pertinemment qu’ils vont repartir en mer en revenant au travail ou à la base, et c’est également la règle pour les pêcheurs qui devront réciter le Gomel tous les Chabbat.

Conclusion: tout celui qui rentre en mer, que ce soit en bateau ou à la nage, doit réciter le Gomel une fois sur la terre ferme, en présence de 10 hommes comme nous l’avons déjà expliqué. Cela ne fait pas de différence si l’on rentre dans la mer ou dans un fleuve ou un lac, car dès lors où c’est un endroit où la noyade est possible nos sages ont instauré la Bérah’a du Gomel.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan