Index Halakhot Index Halakhot

Lorsqu’on a consommé moins de Kazaït de fruits des 7 espèces, ainsi que moins de Kazaït de fruits de la terre.

Nous avons déjà expliqué à plusieurs occasions, que lorsqu’on a consommé un aliment en « quantité », nous devons réciter la bénédiction finale. La quantité requise pour réciter la bénédiction finale est « Kazaït », qui correspond à environ 27g.

C’est pourquoi, lorsqu’on a consommé un légume en quantité de « Kazaït », nous sommes tenus de réciter la bénédiction finale qui est en l’occurrence celle de « Boré Néfashot » (voir rituel de prières). De même lorsqu’on a consommé un fruit en quantité de « Kazaït », nous devons réciter la bénédiction de « Boré Néfashot ».

S’il s’agit d’un fruit des 7 espèces, comme des dattes ou des raisins, on récite en bénédiction finale celle de « Mé’en Chaloch » (‘Al Ha-‘Ets Vé-‘Al Péri Ha-‘Ets), comme nous l’avons déjà expliqué.

Nous avons aussi expliqué dans les règles relatives aux erreurs dans les bénédictions, au sujet de la bénédiction initiale d’un aliment, que l’on récite la bénédiction de « Boré Péri Ha-‘Ets » sur un fruit de l’arbre, et celle de « Boré Péri Ha-Adama » sur un légume.

Pour tout aliment, si l’on a - à postériori - récité la bénédiction initiale de « Ché-Hakol Nihya Bidvaro », on est quitte, puisque tous les aliments ont été crées par la parole divine, et par conséquent, cette bénédiction est une bénédiction générique qui inclus en elle toutes les bénédictions.

A présent, venons-en au cas d’une personne qui a consommé une quantité inférieure à Kazaït de fruits de la catégorie des 7 espèces, par exemple une seule datte dans laquelle il n’y a pas la quantité de Kazaït. Mais avec cette datte, la personne a aussi consommé une pomme qui ne fait pas partie de la catégorie des 7 espèces. Mais en additionnant les 2, la personne a consommé plus de la quantité de Kazaït. Que doit-elle faire ? Doit-elle réciter la bénédiction de « Boré Néfachot » qui a – d’une certaine manière – une fonction similaire à celle de « Ché-Hakol », qui acquitte toutes les bénédictions parmi lesquelles celle de la datte, ou bien doit-elle réciter la bénédiction de « Mé’en Chaloch » (‘Al Ha-‘Ets Vé-‘Al Péri Ha-‘Ets), ou encore ne pas réciter de bénédiction finale dans ce cas précis ?

Du point de vue de la Halah’a, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita s’est longuement étendu sur ce sujet (dans son livre H’azon Ovadia – Bérah’ott page 263), et il conclus que dans un tel cas, il ne faut absolument pas réciter de bénédiction finale, ni celle de « Boré Néfachot », ni celle de « Mé’en Chaloch » (‘Al Ha-‘Ets Vé-‘Al Péri Ha-‘Ets), car selon la Halah’a, la bénédiction de « Boré Néfachot » n’acquitte pas celle de « ‘Al Ha-‘Ets Vé-‘Al Péri Ha-‘Ets ».

C’est pourquoi, il semble que même dans le cas où l’on a consommé une quantité de Kazaït en additionnant les 2 catégories de fruits, malgré tout, puisque les bénédictions finales des 2 catégories sont différentes, il ne faut réciter aucune bénédiction finale.

Même si selon certains décisionnaires (comme le Kénesset Ha-Guédola et le Maguen Avraham), il faut réciter dans un tel cas la bénédiction de « Boré Néfachot », malgré tout, puisque selon l’ensemble des décisionnaires, le Din n’est pas ainsi, nous avons un grand principe selon lequel « Safek Béra’hot Lé-Hakel » (Lors d’un doute sur récitation d’une bénédiction, nous allons à la souplesse et nous ne la récitons pas.

Par conséquent, selon la Halah’a, une personne qui a consommé moins de Kazaït de fruits qui ne font pas partie de la catégorie des 7 espèces, ainsi que moins de Kazaït de fruits faisant partie de la catégorie des 7 espèces, par exemple, 20g de pomme et 10g de dattes, cette personne ne récite aucune bénédiction finale sur ce qu’elle a consommé.

 

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan