Index Halakhot Index Halakhot

Consommer des pâtisseries avant la Havdala

Question :

Une personne qui consommait des pâtisseries ou des gâteaux avant la sortie de Chabbat, lui est-il permis de poursuivre sa consommation lorsque le soleil se couche, ou bien doit-elle interrompre sa consommation jusqu’à la Havdala ?

Réponse :

Dans les précédentes Halah’ot, nous avons expliqué qu’il est interdit de consommer quoi que ce soit le samedi soir depuis le coucher du soleil jusqu’à la Havdala.

Nous avons également écrit que si l’on est en train de prendre le repas de « Sé’ouda Chélichit » accompagné de pain, il n’est pas nécessaire d’interrompre le repas même si le soleil se couche, car il n’est pas honorant vis-à-vis du Chabbat d’interrompre un repas pris en son honneur. On doit dans ce cas poursuivre le repas et le conclure, puis prier ‘Arvit et réciter la Havdala.

Nous avons aussi expliqué que si une personne n’a pas eu le temps de commencer la Sé’ouda Chélichit avant le coucher du soleil, elle peut encore le faire pendant le laps de temps de « Ben Ha-Chémachot » (entre le coucher du soleil et la sortie des étoiles). Mais si la sortie des étoiles est arrivée, on ne peut plus entamer le repas.

À présent, nous allons traiter du sujet de notre question.

En effet, nos maîtres n’ont imposé aucune obligation d’interrompre sa consommation dès la sortie de Chabbat, lorsqu’il s’agit d’un véritable repas accompagné de pain.

Mais en parallèle, si l’on boit du vin ou l’on consomme des fruits, on est tenu d’interrompre cette consommation dès le coucher du soleil.

On peut se demander si une consommation de pâtisseries est comparable à une consommation de pain, ou bien puisqu’il n’est pas régulier de fixer un repas sur des pâtisseries, on serait tenu d’interrompre la consommation dès le coucher du soleil.

Le Gaon auteur du ‘Arouh’ Ha-Choulh’an écrit qu’il semble qu’une consommation de pâtisseries n’étant pas réellement un mode de repas ordinaire, puisqu’on ne se lave pas les mains et on ne récite pas le Birkat Ha-Mazone après une telle consommation, les pâtisseries n’ont donc pas le même statut que le pain sur ce point.

Par conséquent, si l’on consomme et que le soleil se couche, on est tenu d’interrompre immédiatement la consommation jusqu’à la Havdala.

Telle est l’opinion de nos maîtres les décisionnaires. Telle est l’opinion du Gaon Rabbi Yossef Chalom ELYACHIV Chlita. Telle est l’opinion du Gaon Rabbi Itsh’ak YOSSEF Chlita dans le Yalkout Yossef.

Mais d’autres décisionnaires réfutent cette opinion.

En effet, le Gaon Rabbi Chémouel Ha-Levy WOZNER Chlita écrit que puisque la raison pour laquelle on ne doit pas s’interrompre lorsqu’on consomme un repas accompagné de pain repose sur le fait que ce repas est pris en l’honneur du Chabbat, il en est de même lorsqu’on consomme des pâtisseries pour s’acquitter du devoir de Sé’ouda Chélichit, et on n’est donc pas tenu de s’interrompre dès le coucher du soleil.

Notre grand maître le Rav ‘Ovadia YOSSEF Chlita écrit que c’est ce qui ressort des propos des Tossafot Rabbénou Perets où il est écrit explicitement que lorsqu’on boit on doit s’interrompre, car chaque gorgée est indépendante de la précédente, ce qui n’est pas le cas lorsqu’on consomme de la nourriture, l’ensemble forme une seule et même consommation.

On en déduit que l’on peut autoriser sur ce point même s’il s’agit de pâtisseries, et on n’est donc pas tenu de s’interrompre puisque consommer de la nourriture représente une consommation plus importante que la boisson, en particulier s’il s’agit de nourriture à base de Dagane (les 5 céréales).

Du point de vue de la Halah’a, notre maître écrit que lorsqu’on consomme des pâtisseries ou des gâteaux pendant Chabbat, et que le soleil se couche, on n’est pas tenu d’interrompre la consommation, et on peut poursuivre jusqu’à la sortie des étoiles. Mais à la sortie des étoiles, on est tenu d’interrompre cette consommation jusqu’à la Havdala.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan