Index Halakhot Index Halakhot

Mettre des fleurs dans l’eau pendant Chabbat

Question

Est-il permis de mettre dans de l’eau pendant Chabbat, des fleurs (cueillies ou achetées avant Chabbat) ou toutes autres feuilles aromatiques ?

Réponse

Nous avons expliqué dans des précédentes Hala’hot, que l’une des Mela’hot (activités interdites pendant Chabbat), était la Mela’ha de Zorea’ (planter). Nous avons aussi expliqué que selon la Guémara, celui qui arrose des végétaux pendant Chabbat est condamnable par la Torah à titre de la Mela’ha de Zorea’, puisque le but de planter est de faire pousser des fruits et des graines, de la même manière, celui qui arrose des végétaux pendant Chabbat.

Il est expliqué dans une Tchouva (réponse Hala’hic) du RACHBA (tome 4 chap.73) qu’il est permis de placer pendant Chabbat des branches d’arbres, comme des branches de Hadass (feuilles de myrtes) ou d’autres plantes aromatiques, dans un ustensile rempli d’eau, sans qu’il y ai un interdit à titre de Zorea’ (planter), puisque dans ce cas, on ne fait rien pousser, mais on fait simplement en sorte que les feuilles ne sèchent pas. Bien qu’il est interdit de placer dans de l’eau pendant Chabbat des grains de blés ou d’orges pour un certain temps, puisque cela pourrait engendrer un phénomène nouveau : l’ouverture des grains de blés ou d’orges et leur enracinement naturelle dans l’eau. Malgré tout, en ce qui concerne des branches d’arbres, il n’y a là aucun interdit, puisqu’on ne provoque pas le fait de faire pousser une chose nouvelle. Tel est également l’opinion du MAHARYL et du RAMA.

Cependant, le RAMA écrit (sur Ch.A O.H chap.336 parag.11) au nom du MAHARYL en ces termes :

Il est permis de placer des branches d’arbres dans de l’eau pendant Chabbat, à la condition qu’il n’y a pas de fleurs ou de bourgeons qui pourraient s’ouvrir au contact de l’eau.

Il ressort des propos du RAMA que même s’il n’y a pas d’interdiction de placer des branches d’arbres dans de l’eau pendant Chabbat, malgré tout, s’il y a des fleurs susceptibles de s’ouvrir au contact de l’eau, c’est considéré comme faire pousser une chose de nouvelle, et il y a donc un interdit à titre de la Mela’ha de Zorea’ (planter), comme pour le fait de placer des graines de blés ou d’orges dans de l’eau pendant Chabbat.

Mais le Gaon MAHARYKCH (Morenou Harav Rabbi Ya’akov KACHTERO, qui a vécut en Egypte à l’époque de MARAN, et lorsqu’il vint en pèlerinage sur les tombes des Tsaddikim à Tsfat, il fut hébergé dans la demeure de MARAN qui lui fit un grand honneur. Il revint ensuite en Egypte où il décéda en 5370 – 1609) réfute les propos du RAMA, en faisant remarquer qu’il n’y a que les grains de blés et d’orges qui ont la particularité de repousser et de s’enraciner de nouveau au contact de l’eau, et c’est pourquoi, il y a un interdit de les placer dans l’eau pendant Chabbat à titre de Zorea’ (planter). Par contre, l’ouverture de fleurs ou de bourgeons n’est pas considérée comme faire pousser une chose nouvelle. C’est la raison pour laquelle, il n’y a pas d’interdit à placer des roses ou d’autres fleurs dans de l’eau pendant Chabbat.

Malgré tout, la chose reste l’objet d’une Ma‘hloket (une divergence d’opinion Hala’hic), et sur le plan de la Hala’ha, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita, tranche que lorsque les boutons des fleurs sont fermés, et qu’il sont susceptibles de s’ouvrir au contact de l’eau, il faut s’imposer la ‘Houmra (la rigueur) – conformément à l’opinion du RAMA - de ne pas les placer dans l’eau pendant Chabbat.

(De même, il est permis d’ajouter de l’eau dans le vase pendant Chabbat.)

Il est évident que tout ceci ne concerne que des fleurs préparées avant Chabbat à titre décoratif ou afin de respirer leur parfum, et qu’il ne reste qu’à mettre dans l’eau pendant Chabbat. Mais s’il s’agit de branches d’arbres que l’on trouve pendant Chabbat (ou tombés pendant Chabbat), ils ont le statut de Mouktsé et il est interdit de les déplacer pendant Chabbat.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan