Index Halakhot Index Halakhot

La prière de Minh’a et l’entrée de Chabbat

Question :

Est-il permis d’entamer l’office de Minh’a le vendredi, sachant que l’on achèvera cet office après le coucher du soleil ? De plus, est ce que l’usage adopté par certaines synagogues d’entamer l’accueil du Chabbat (« Mizmor Chir Lé-Yom Ha-Chabbat ») environ 20 minutes après le coucher du soleil ?

Réponse :

Dans la précédente Halah’a, nous avons expliqué que selon la majorité de nos maîtres les Richonim (décisionnaires médiévaux), il est une obligation qui incombe chaque homme et femme du peuple d’Israël d’accueillir la sainteté du Chabbat avant l’heure du coucher du soleil.

À présent, nous devons expliquer que s’il est déjà interdit de réaliser une activité interdite avant le coucher du soleil, il semble qu’il est donc interdit de prier l’office de Minh’a après le coucher du soleil du vendredi. De plus, il semble que même quelques minutes avant le coucher du soleil, il est interdit à une synagogue d’entamer l’office de Minh’a du vendredi. Il leur incombe l’obligation d’entamer l’office de Minh’a au moins 20 minutes avant le coucher du soleil, afin que l’office se termine intégralement avant le coucher du soleil.

En réalité, la plupart des synagogues de la sainte ville de Jérusalem ont l’usage de veiller à cela, et avancent l’office de Minh’a du vendredi environ 20 minutes avant le coucher du soleil. Cet usage possède des fondements saints, car ce n’est qu’ainsi que l’assemblée entamera l’accueil du Chabbat avant le coucher du soleil, comme il est juste de le faire, comme expliqué dans la précédente Halah’a.

Cependant, les communautés où la majorité de l’assemblée n’arrive à la synagogue que très tard, et qu’il est très probable que l’office de Minh’a se termine après le coucher du soleil, ou bien une femme qui prie Minh’a chez elle et qui sait que sa prière se terminera après le coucher du soleil, dans ces deux situations, nous pouvons autoriser à achever l’office de Minh’a après le coucher du soleil.

En fait, nous autorisons à achever l’office de Minh’a du vendredi après le coucher du soleil, car même s’il est interdit de réaliser des activités interdites le vendredi avant le coucher du soleil, malgré tout, l’office de Minh’a ne fait pas partie de ces choses interdites, puisque le Din de « Tossefett Chabbat » (avancer l’entrée de Chabbat) ne concerne que le fait de s’écarter de toute activité interdite pendant Chabbat. C’est pourquoi, même au-delà du coucher du soleil, il est permis de poursuivre l’office de Minh’a.

Qui plus est, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita écrit que si une personne désire avancer l’accueil du Chabbat, et de manière verbale (comme il faut le faire lorsqu’on ne dit pas le psaume de Mizmor Chir Lé-Yom Ha-Chabbat avant le coucher du soleil), elle est autorisée à accueillir le Chabbat en émettant une condition selon laquelle elle avance l’accueil du Chabbat en tous points, excepté le fait de prier l’office de Minh’a. Si on le désire, on peut effectuer cette condition une fois par an pour l’année entière, et chaque fois que l’on avancera l’accueil du Chabbat, cela n’inclura pas l’office de Minh’a du vendredi que l’on pourra encore prier.

Mais Léh’atéh’ila (à priori), il est certain que le plus juste est de commencer l’office de Minh’a environ 20 minutes avant le coucher du soleil, et de poursuivre ainsi l’accueil du Chabbat conformément à la Halah’a, de sorte que l’on termine le chapitre « Bamé Madlikinn » avant le coucher du soleil.

Quoi qu’il en soit, il faut le terminer avant la sortie des étoiles.

En conclusion :

Léh’atéh’ila (à priori), il faut achever l’office de Minh’a du vendredi avant le coucher du soleil. En cas de nécessité, il est permis de poursuivre l’office de Minh’a et de l’achever après le coucher du soleil. Cependant, concernant l’interdiction de réaliser des activités interdites pendant Chabbat, il incombe chacun de cesser toute activité interdite, quelques minutes avant le coucher du soleil, comme nous l’avons expliqué.

Nous apprenons de là que l’usage adopté dans différentes synagogues de notre époque, où l’on chante le Chir Ha-Chirim après l’office de Minh’a, et où l’on dit ensuite des psaumes de Téhilim (Léh’ou Néranéna) en arrivant à « Kabbalatt Chabbat » (Mizmor Chir Lé-Yom Ha-Chabbat) seulement après la sortie des étoiles, cet usage n’est pas très juste, et ces synagogues devraient l’abolir.

En réalité, cet usage est principalement en vigueur dans les synagogues de rite marocain.

Mais nous avons vérifié l’origine de cet usage, et nous avons effectivement constaté que l’usage au Maroc était de dire le Chir Ha-Chirim, les psaumes de Téhilim, « Léh’a Dodi », Mizmor Chir Lé-Yom Ha-Chabbat et le chapitre « Bamé Madlikinn ». Mais en réalité, ils avaient ce bel usage parce qu’ils entamaient l’office de Minh’a bien avant le coucher du soleil, comme en ont attesté des émigrants du Maroc qui vivent à présent en Erets Israël.

Mais le fait de poursuivre cet usage en Israël, alors qu’ils entament l’office de Minh’a juste avant le coucher du soleil, ceci ne correspond pas à la tradition marocaine d’origine.

Il serait plus juste qu’ils instaurent de dire Mizmor Chir Lé-Yom Ha-Chabbat, Léh’a Dodi et le chapitre « Bamé Madlikinn » immédiatement après Minh’a, et ensuite réciter le Chir Ha-Chirim et les psaumes de Téhilim.

C’est exactement ce qu’a instauré le Gaon, Grand Rabbin d’Israël, Rabbi Chélomo Moché AMAR Chlita dans sa synagogue. C’est cet usage qu’il faut donc adopter.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan