Index Halakhot Index Halakhot

Trier une miette de pain ou un pépin de citron d’un liquide pendant Chabbat

Question :

Lorsqu’une miette de pain ou un pépin de citron tombe pendant Chabbat dans un verre contenant une boisson, est-il permis de les retirer, ou bien y a-t-il un interdit à le faire à titre de trier pendant Chabbat ?

Réponse :

Dans les précédentes Halah’ott, nous avons expliqué les fondements des règles de l’interdit de trier, selon lesquelles il est interdit de trier pendant Chabbat, sauf à 3 conditions : lorsqu’on tri l’aliment du déchet et non le contraire ; lorsqu’on tri à la main et non au moyen d’un objet comme une passoire ; lorsqu’on tri dans l’intention de consommer de suite et non pour consommer plus tard.

Pour le sujet de notre question, il est évident que le fait d’extraire une miette de pain d’un verre contenant une boisson, est considéré comme trier, car on tri le déchet de l’aliment, puisque l’on ne désire absolument pas la miette de pain, mais seulement la boisson.

Les propos du MAHARYTATS

En réalité, notre sujet a été traité par les grands décisionnaires de ces dernières générations.

Le Gaon MAHARYTATS écrit (dans son livre Chou’t MAHARYTATS chap.203), qu’il n’y a aucun lien entre l’interdit de trier et un élément liquide, puisque le tri n’existe qu’avec un élément solide, comme des légumineuses ou des fruits ou autre, (ou bien lorsqu’on veut trier un élément liquide, comme lorsqu’on désire filtrer un liquide). Mais lorsqu’un élément solide tombe dans un élément liquide, comme une mouche qui tombe dans un verre de vin, et qu’on l’extrait à la main, il est permis de le faire, et il n’y a là aucun interdit de trier.

Les propos du MAHARY H’AGGIZ

Cependant, nombreux de nos maitres les décisionnaires réfutent les propos du MAHARYTATS sur ce point.

Selon eux, même lorsqu’il s’agit d’un élément liquide, l’interdit de trier reste en vigueur.

Mais notre maitre le Rav Chlita cite les propos de nombreux autres décisionnaires qui approuvent l’opinion du MAHARYTATS sur ce point. Il joint à cela différents arguments qui abondent dans le sens des propos du MAHARYTATS, et parmi ces arguments, l’opinion du MAHARY H’AGGIZ dans son livre ‘Ets H’aïm, où il écrit que toute chose étant « triée et distincte » (qui se distingue de façon significative du mélange), comme une mouche qui flotte à la surface d’une boisson, n’est pas concernée par l’interdit de trier, car en retirant la mouche, celle-ci n’est pas davantage « triée » que ce qu’elle était auparavant. Selon ses propos, il est également permis de trier une miette de pain d’une boisson sans la moindre crainte.

Conclusion de la Halah’a

Sur le plan pratique, notre maitre le Rav Chlita écrit que même si on a sur qui s’appuyer lorsqu’on retire l’élément qui flotte à la surface de la boisson, malgré tout, il est bon de s’imposer la rigueur de retirer également un peu du liquide avec la miette de pain. C'est-à-dire, en prenant la miette de pain au moyen d’une cuillère, on prend également un peu du liquide lui-même. Dans ces conditions, on peut largement autoriser, puisqu’on prend de l’aliment avec le déchet.

Nous apprenons de tout cela que lorsqu’on presse un citron pendant Chabbat dans un liquide (puisqu’il est permis d’agir ainsi pendant Chabbat, comme nous l’avons déjà expliqué), et que les pépins du citron flottent à la surface du liquide, il est permis de les trier pendant Chabbat et de les extraire au moyen d’une cuillère, ou à la main.

Mais si l’on presse un citron sur une salade pendant Chabbat, et que les pépins tombent dans la salade, il est interdit de les extraire pendant Chabbat, puisque l’on tri le déchet de l’aliment.

De même, il semble qu’il ne faut pas presser un citron sur une salade pendant Chabbat lorsqu’on le presse dans la main de telle sorte que celle-ci sert à filtrer les pépins, puisqu’en faisant ainsi, on tri les pépins du liquide.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan