Index Halakhot Index Halakhot

Spécial Shabbat ( Partie 2) : Règles relatives au Kiddoush

Il existe une Mitsva ordonnée par la Torah de procéder au Kiddoush le vendredi soir, comme la Guemara Pessa’him (106a) l’apprend du verset de la Torah (Shemot 20) « Souviens-toi du jour du Shabbat afin de le sanctifier ».

Nous apprenons des enseignements de nos maîtres qu’il faut procéder au Kiddoush sur un verre de vin.

Chacun est soumis à l’obligation de réciter le Kiddoush, mais cependant, l’usage est que le maître de la maison récite le Kiddoush en acquittant les membres de son foyer, de leur obligation de Kiddoush, selon le principe de « Shomea’ Ka’oné », c'est-à-dire, l’auditeur du Kiddoush a exactement le même statut que celui qui récite le Kiddoush.

C’est d’ailleurs pour cette raison que notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Shalita écrit (selon les propos du MaHaRaSH ABOAB dans son livre Dévar Shémouel) que lorsque celui qui récite le Kiddoush, mentionne le nom d’Hashem dans les bénédictions du Kiddoush, les membres du foyer ne doivent pas répondre « Baroukh Hou Oubarou’h Shemo », car lorsqu’on désire s’acquitter d’une Bera’ha que l’on écoute, il ne faut pas répondre « Baroukh’ Hou Oubarou’h’ Shemo ».

La raison réside dans le fait que l’auditeur a exactement le même statut que celui qui récite la Bera’ha.

Or, si le récitant lui-même s’interrompe au milieu de la Bera’ha en disant « Baroukh Hou Oubarou’h Shemo » après la mention du Nom d’Hashem, il serai considéré comme quelqu’un qui ajoute et s’interrompe au milieu de la Bera’ha (comme s’il disait « Baroukh’ Ata A.D.O.N.A.Ï Baroukh’ Hou Oubarou’h Shemo Elo-hénou Mélèkh Ha’olam…), et dans ce cas, cette personne commet l’interdit de modifier la formulation précise que nos maîtres ont imposés.

Cependant, si l’on a répondu – par erreur - Baroukh Hou Oubarou’h Shemo, on est malgré tout quitte du Kiddoush (Bedi’avad), et il ne faut pas le recommencer.

Il est vrai que ce point fait quand même l’objet d’une Ma’hloket (une divergence d’opinion Hala’hic) puisque selon le Gaon Rabbi Zalman dans son Shoul’han ‘Aroukh (chap.124 parag.2), si un auditeur a répondu Baroukh Hou Oubarou’h Shemo – même par erreur – il n’est pas quitte et doit recommencer le Kiddoush.

De même, l’auteur du Mishna Béroura (chap.124 note 21) cite les propos ‘Hayé Adam qui s’interroge s’il est nécessaire de recommencer le Kiddoush dans un tel cas.

Mais le Mishna Béroura conclut en disant que Bedi’avad, si la personne a répondu Baroukh Hou Oubarou’h Shemo au Kiddoush – malgré qu’elle ne devait pas le faire – elle est quand même quitte de son obligation, et il ne faut pas recommencer dans un tel cas.

Telle est également l’opinion de notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Zatsal, qu’une personne qui a – par erreur – répondu Baroukh Hou Oubarou’h Shemo, est malgré tout quitte de son obligation et ne doit pas recommencer, même si Le’hate’hila (à priori) il ne faut pas répondre Baroukh Hou Oubarou’h Shemo lorsqu’on désire s’acquitter d’une Bera’ha.

Ceci en raison du principe de Safek Béra’hot Lehakel (lorsqu’il y a un doute sur la récitation d’une Bera’ha, nous allons à la souplesse et nous ne la récitons pas).

D’autant plus que selon certains Poskim (décisionnaires), le fait de répondre Baroukh Hou Oubarou’h Shemo ne représente pas une interruption, même Le’hate’hila (à priori), comme le MaHaRaM SHIK  cherche à justifier l’usage courant de répondre Baroukh Hou Oubarou’h Shemo, et raconte même que son maître le Gaon auteur du ‘Hatam Sofer ne réprimandait pas les personnes qui répondaient Baroukh Hou Oubarou’h Shemo lorsqu’elles désiraient s’acquitter d’une Bera’ha.

Etant donné que tous les membres du foyer s’acquittent de l’obligation de Kiddoush en l’écoutant de la bouche du récitant, ils doivent être très attentifs à la bénédiction du Kiddoush, dans son intégralité, de la bouche du récitant.

Tous les auditeurs sont tenus d’avoir la pensée de s’acquitter de l’obligation de Kiddoush, et de même, le récitant doit avoir la pensée de les acquitter de leur obligation. (Comme nous l’avons également expliqué au sujet de la lecture de la Meguila à Pourim.)

MARAN tranche dans le Shoul’han ‘Aroukh (O.H chap.271 parag.4) qu’il est interdit de goûter à quoi que ce soit depuis le coucher du soleil le vendredi soir, jusqu’à ce que l’on ait procéder au Kiddoush.

Il est même interdit de boire de l’eau jusqu'à à ce qu’au Kiddoush

(Dans le cas où l’on fait entrer Shabbat lorsqu’il fait encore jour, il est immédiatement interdit de goûter quoi que ce soit jusqu’au Kiddoush, bien que le soleil ne se soit pas encore couché).

Avant le Kiddoush, il faut qu’une nappe blanche soit posée sur la table, sur laquelle seront placées 2 ‘Halot (pain traditionnel du Shabbat) ou bien 2 autres pains, qui seront eux même recouverts d’un napperon.

Le TOUR écrit que c’est en souvenir de la Mann qui descendait dans le désert, et qui était posée dans une sorte de boite avec de la rosée au-dessus, de la rosée en dessous et la Mann placée au milieu.

Dans le Talmud Yeroushalmi, on ajoute une explication de plus.

En effet, selon le Yeroushalmi, si le pain est découvert au moment de Kiddoush, et que l’on ne récite pas la Bera’ha sur lui en premier puisque l’on commence par réciter la Bera’ha sur le vin, cela représente une sorte d’humiliation pour le pain.

Certains Poskim ensent que si le pain n’est pas couvert lors de Kiddoush, il faut vraiment réciter d’abord la Bera’ha sur le pain et non sur du vin.

Conclusion :

Le Kiddoush du vendredi soir est une Mitsva ordonnée par la Torah.

Nos ‘Ha’hamim ont instauré de le réciter sur un verre de vin.

Chacun est soumis à l’obligation de réciter le Kiddoush, mais cependant, l’usage est que le maître de la maison récite le Kiddoush en acquittant les membres de son foyer, de leur obligation de Kiddoush.

Lorsqu’on écoute le Kiddoush (ou toute autre Bera’ha) avec l’intention de s’en acquitter, il ne faut pas répondre « Baroukh’ Hou Oubarou’h’ Shemo » mais uniquement AMEN.

Cependant, si l’on a répondu – par erreur - « Baroukh’ Hou Oubarou’h’ Shemo », on est quitte Bedi’avad (à posteriori).

Toute personne qui désire s’acquitter d’un Kiddoush par audition, doit impérativement avoir la pensée lors du Kiddoush de s’acquitter du Kiddoush qu’elle écoute. De même, la personne qui récite le Kiddoush doit aussi penser à acquitter les auditeurs qui désirent s’acquitter.

Il est interdit de goûter à quoi que ce soit depuis le coucher du soleil le vendredi soir, jusqu’à ce que l’on ait procéder au Kiddoush. Il est même interdit de boire de l’eau jusqu'au Kiddoush (dans le cas où l’on fait entrer Shabbat lorsqu’il fait encore jour, il est immédiatement interdit de goûter quoi que ce soit jusqu’au Kiddoush, bien que le soleil ne se soit pas encore couché).

Avant le Kiddoush, il faut qu’une nappe blanche soit posée sur la table, sur laquelle seront placées 2 H’alot (pains traditionnels du Shabbat) ou bien 2 autres pains, qui seront eux même recouverts d’un napperon.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan