Index Halakhot Index Halakhot

Celui qui trie de façon interdite Chabbat, est-il permis de consommer ce qui a été trié ?

Question : celui qui trie de manière interdite Chabbat, par exemple s’il y avait un plat avec des noix entières, mais aussi des coques de noix épluchées, et qu’ il a enlevé les coques pour y laisser les noisettes entières. Est-il permis de manger ces noix Chabbat ?

Réponse :  nous avons déjà expliqué il y a plusieurs semaines et avons précisé qu’on ne peut trier pendant Chabbat que lorsque sont réunies 3 conditions : on doit trier à la main et non au moyen d’un objet (comme une passoire) ; on doit trier l’aliment du déchet, et non le contraire ; on doit trier pour consommer de suite (et non pour consommer plus d’une demi-heure plus tard). 

Les raisons pour lesquelles il est interdit de manger les noix

Il en ressort concernant notre cas que la personne qui a triée a transgressé un interdit de la Thora en triant puisqu’il a retiré le déchet de l’aliment et non le contraire.

Dans la Halah’a précédente nous avons mentionné l’avis du Choulh’ann ‘Arouh’ et le Rama, qu’il était interdit de tirer profit de quelque chose qui a été fait de manière interdite le Chabbat. Par exemple celui qui a cuit le Chabbat, il est interdit de manger cette nourriture durant tout le Chabbat pour les autres. Mais celui qui a cuit ne pourra jamais consommer cette nourriture.

De même dans notre cas, il semble que du fait que l’interdit de trié a été transgressé pour trier les noix, il sera interdit de manger les noix jusqu’après Chabbat pour ceux qui n’ont pas trié et à jamais pour la personne qui a trié.

Les raisons pour autoriser

Notre maître le Rav Chlita s’est penché sur cette question et rapporte l’avis du Ben Ich H’aï qui interdit la consommation de l’aliment trié Chabbat. Il apporte cependant plusieurs arguments qui poussent à être indulgent du fait que dans ce cas, le fait de trier n’a rien ajouté à l’aliment, car la personne qui a trié aurait pu consommer les noix sans commettre le moindre interdit en triant l’aliment du déchet et non le déchet de l’aliment.

Il en ressort qu’aucun profit n’est tiré de l’interdit de trier. Ceci n’est donc pas comparable avec le cas de celui qui cuit un aliment le Chabbat, car il est impossible de cuir l’aliment sans transgresser d’interdit, alors que dans notre cas aucun profit n’est tiré du fait d’avoir trié Chabbat.

Le Rav apporte par la suite l’avis de Rabbi Eliezer Waldenberg zatsal dans son ouvrage Tsits Eliezer qui retient d’autoriser ce qui a été trié à condition de tout d’abord mélanger à nouveau la nourriture avec les déchets et seulement ensuite prendre la nourriture pour la consommer, car de la sorte il n’y aura aucun profit de la transgression du Chabbat. Et bien que le Ben Ich H’aï interdit, concernant la Halah’a nous retenons qu’il est permis de manger ce qui a été trié.

Conclusion : des noix mélangées avec des coques et quelqu’un a trié de façon interdite et qu’ensuite on a mélangé à nouveau les noix avec les déchets, il est permis de manger les noix puisqu’aucun profit n’est tiré de l’interdit transgressé.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan