Index Halakhot Index Halakhot

Éteindre la lumière électrique avant d’allumer les Nérot de Chabbat.

Nous avons expliqué dans la précédente Halah’a que selon le strict DIN il est possible de s’acquitter de l’obligation d’allumer les Nérot de Chabbat même avec des lumières électriques, puisque l’institution de nos maîtres - dans l’allumage des Nérot de Chabbat - n’a pour but essentiel uniquement la présence de la lumière dans les demeures d’Israël le jour du Chabbat, au titre de la Mitsva du respect et du délice de Chabbat (Kavod Vé’Oneg Chabbat). Or, cette institution est respectée même au moyen de lumières électriques.

C’est pourquoi, lorsqu’il n’est pas possible d’allumer des Nérot avec une véritable flamme, il est permis d’allumer des lumières électriques et de réciter la Bérah’a(bénédiction) sur un tel allumage, comme nous l’avons expliqué.

Cependant, selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an Arouh’, dès que la femme allume les Nérot de Chabbat, il est interdit à quiconque de réciter la Bérah’a sur l’allumage de Nérot supplémentaires. Ceci, malgré le fait que l’ajout de lumière représente un ajout de respect envers Chabbat, malgré tout, puisque l’institution de nos maîtres - selon laquelle il faut allumer des Nérot - a déjà été respectée par l’intermédiaire de la femme qui a allumé en premier, on ne peut donc plus réciter de Bérah’a sur tout ajout de lumière qui se produira par la suite.

Nous apprenons à partir de là que selon l’opinion de MARAN l’auteur du Choulh’an Arouh’, il est interdit aux filles vivant au foyer, d’ajouter des Nérot après l’allumage de la maîtresse de maison, et de réciter la Bérah’a sur cet allumage supplémentaire, puisque nous ne récitons pas de Bérah’a sur un ajout de lumière, mais uniquement sur le premier allumage. (Si toutefois les filles du foyer désirent allumer des Nérot supplémentaires, elles ne doivent pas réciter de Bérah’a sur cet allumage).

C’est pourquoi – à partir de l’explication que nous avons donnée, selon laquelle on peut s’acquitter de l’obligation d’allumer les Nérot avec des lumières électriques, selon le strict DIN – notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita écrit qu’il est très souhaitable d’éteindre la lumière électrique dans la maison avant l’allumage des Nérot de Chabbat, puis, la femme récite la Bérah’a sur l’allumage et allume les Nérot de Chabbat. Lors de la Bérah’a, la femme devra penser également à la lumière électrique qu’elle allumera après l’allumage des Nérot, puisqu’ avec la lumière électrique, l’institution de nos maîtres d’allumer des Nérot, se réalise déjà, il y a donc à craindre que l’on ne pourrait plus réciter la Bérah’a sur les Nérot que l’on allumera ensuite.

C’est pour cela qu’il est souhaitable d’éteindre d’abord toutes les lumières de la maison, et là, il est certain qu’il y a de nouveau place à l’institution de nos maîtres d’allumer des Nérot, et l’on pourra - de façon certaine – réciter la Bérah’a sur cet allumage, qui inclus aussi bien l’allumage des Nérot propres à Chabbat que les lumières électriques de la maison que l’on allumera ensuite.

CONCLUSION

Il est très souhaitable d’éteindre les lumières électriques avant l’allumage des Nérot d’huile ou de cire que l’on allume en l’honneur de Chabbat, et ensuite de rallumer la lumière électrique après l’allumage des Nérot de Chabbat, et de penser lors de la Bérah’a, à acquitter la lumière électrique, à la lueur de laquelle nous percevrons une grande lumière qui nous permettra de manger et de tirer toutes les satisfactions.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan