Index Halakhot Index Halakhot

La règle de la 7ème année pour un jardin en commun

Cette année (5775), est une année de Chémita, et nous avons déjà expliqué dans les précédentes Halachot les principes du devoir de Chémita. Parmi ces principes, l’interdiction d’ensemencer ou de travailler d’une quelconque façon un terrain se trouvant en Israël (et appartenant à un juif), excepté lorsque le travail réalisé n’a pour but que la préservation des plantations de tout dommage si on les laisse sans traitement.

Puisque les règles relatives à la 7ème année sont très nombreuses, il ne nous est pas possible d’expliquer tous leurs détails dans le cadre de cette rubrique, et il n’est pas donné à chacun de les maitriser. C’est pour cela qu’il faudra consulter une autorité Rabbinique compétente pour toute question relative au traitement d’un jardin ou d’un champ pendant la Chémita.

Quoi qu’il en soit, il faut savoir qu’il est possible de maintenir un jardin selon les conditions de la Halacha, et ceci à un niveau raisonnable.

Un jardin en commun

Un terrain appartenant à plusieurs personnes associées est soumis au devoir de Chémita. De ce fait, les jardins privés communs à plusieurs maisons sont soumis au devoir de la Chémita, et il est interdit d’y réaliser le moindre travail interdit cette année-là.

En conséquence à cette interdiction, il est interdit à toute personne habitant ces maisons de participer financièrement aux travaux du jardin durant l’année de la Chémita, et il est certain qu’il lui interdit de louer les services d’une personne pour effectuer les travaux du jardin durant cette année. Une sainte obligation incombe tous les habitants des maisons relatives à ces jardins de montrer de la vigilance vis-à-vis du devoir de la Chémita, en réalisant dans leur jardin uniquement les travaux autorisés durant cette année (comme l’arrosage selon les besoins, afin de ne pas provoquer un dommage aux plantations du jardin), mais les travaux qui ne sont pas indispensables à la préservation des plantations, on ne devra pas les réaliser durant cette année-là.

Une personne observant les Mitsvot qui habite un immeuble où les autres occupants n’observent pas la Torah et les Mitsvot, devra s’efforcer de les influencer avec douceur et tact afin d’empêcher la réalisation de travaux interdits dans le parc de l’immeuble durant cette année. Si cette personne scrupuleuse des Mitsvot sait que ses propos seront vains et que ses voisins n’accepteront pas d’observer la 7ème année conformément à la Halacha, 3 solutions s’offrent elle pour s’écarter de la transgression du devoir de la 7ème année :

Indiquer lors du règlement des charges de l’immeuble au syndic, que le paiement couvre uniquement les autres frais de la copropriété et non l’entretient du jardin, ou bien dire que le paiement inclus l’entretient du jardin mais uniquement pour les travaux autorisés par la Halacha pendant la Chémita (l’arrosage pour empêcher l’assèchement des plantations lorsque c’est nécessaire, ou autre …)

Obtenir une procuration irrévocable du syndic afin de faire vendre le terrain à un non-juif par l’intermédiaire du Rabbinat local, afin de ne pas être l’associé d’une transgression.

Déclarer en présence de 3 hommes que l’on se dépossède de sa partie commune dans le jardin, et ainsi on exprime que l’on n’a plus de lien avec le jardin de l’immeuble.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan