Index Halakhot Index Halakhot

Y a-t-il une obligation de respecter ses parents même s'ils ne respectent pas Torah et Mitsvot

Question : Y a-t-il une obligation de respecter ses parents et de les craindre même lorsqu’il s’agit de parents non religieux qui persévèrent dans leur voie, qui n’observent pas le Shabbat ni la Casherout, ni même les lois de pureté familiale, ou bien dans ces conditions, il n’y a pas d’obligation de les respecter ?

Réponse

Notre maître le RAMBAM écrit :

Le respect et la crainte des parents est une grande Mitsva, et même si le père est un Rasha’ (un impie) et accomplit des transgressions, le fils est tenu de le respecter et de le craindre.

Cependant le TOUR réfute les propos du RAMBAM et écrit :

Il me semble que si le père est un Rasha’, le fils n’est pas tenu de le respecter. Le TOUR cite des preuves à ses paroles.

De nombreux Rishonim (décisionnaires de l’époque médiévale) tranchent selon l’opinion du TOUR.

Cependant, le Gaon Rabbi Ya’akov BERLIN (des Rabbanim d’Europe de l’est il y a environ 300 ans) écrit au nom de Rabbenou Yehonatan EYVESHITZ qu’il faut interpréter les propos du RAMBAM selon ce qui est expliqué dans la Guemara Kiddoushin (49b) :

Celui qui dit à une femme : te voici sanctifiée (fiancée) à moi à la condition que je sois un Tsaddik. Même s’il s’agit d’un Rasha’, la femme est déclarée Mekoudeshete (fiancée à lui), car on prend en considération l’hypothèse selon laquelle il aurait eu à cet instant des réflexions de Teshouva.

Selon cela, il faut dire qu’un fils est tenu de respecter son père (même s’il s’agit d’un Rasha’), car on peut prendre en considération l’hypothèse selon laquelle le père a peut être eu des réflexions de Teshouva.

Mais malgré cela, de nombreux Poskim (décisionnaires) réfutent l’opinion du Gaon Rabbi Yehonatan EYVESHITZ, car selon ses propos, l’obligation de respecter son père Rasha’ n’incombe le fils que par doute, alors que selon les propos du RAMBAM, cette obligation l’incombe de façon certaine. Ces mêmes Poskim ont écris différentes interprétations des propos du RAMBAM.

Du point de vue de la Halah’a, MARAN l’auteur du Shoulh’an ‘Arouh’ tranche selon l’opinion du RAMBAM selon qui, même s’il s’agit de parents Resha’im, le fils est tenu de les respecter.

C’est ainsi que tranche notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita, en particulier de notre époque où la Providence Divine ne se remarque pas de façon dévoilée comme elle l’était du temps où les miracles étaient fréquents, quand on utilisait la Bat Kol (la voix céleste), et quand les Taddikim de la génération étaient dirigés par la Providence Divine, visible à l’œil de tout le monde.

Mais de notre époque, la Emouna a été déracinée de la classe moyenne du peuple, et la conduite d’Hashem se fait de façon voilée. C’est pourquoi, il faut se comporter avec respect même envers des parents Resha’im afin de contribuer à l’amour du Nom d’Hashem par leur intermédiaire. (Même selon les propos du TOUR qui pense qu’il n’y a pas d’obligation de respecter des parents Resha’im, il est certain qu’il est malgré tout interdit de leur faire de la peine ou de les mépriser, comme il est rapporté dans le Zohar au sujet de Rah’el qui n’a pas mérité d’élever Yossef parce qu’elle a fait de la peine à son père Lavan au sujet des idoles).

Mais notre maître le Rav Chlita ajoute que tout ceci n’est valables qu’envers des parents qui n'importunent pas leurs enfants qui ont eu le mérite de faire Teshouva, et qui les admirent pour avoir eu le courage de faire Teshouva, ou qui restent au moins indifférents envers leurs enfants.

Mais s’il s’agit de parents hostiles à leurs enfants parce qu’ils ont fait Teshouva, et les oppressent par haine pour la religion, ces gens sont à considérer comme des hérétiques et Apikorsim envers qui il est certain qu’il ne faut exprimer aucune marque de respect, car Hashem les a priver de tout respect. Dans un tel cas – si le fils en a la possibilité – il est préférable qu’il se sépare complètement de ses parents et qu’il aille vivre dans une autre ville afin de ne pas les rencontrer.

Hashem ramènera tous les fauteurs du peuple d’Israël dans le chemin de la Teshouva sincère, AMEN.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan