Index Halakhot Index Halakhot

La bénédiction : L'éducation des enfants

Notre Parasha contient les Kélalot – les malédictions – qui planent au-dessus du peuple d’Israël s’il n’accomplit pas les Mitsvot et s’il ne marche pas dans le chemin de la Torah.

Voici quelles tribus prendront position sur le mont Guérizim, pour la bénédiction à donner au peuple, quand vous aurez passé le Jourdain : Shim’on, Lévi et Yéhouda ; Issa’har, Yossef et Binyamin.

Maudit soit quiconque ne respecterait point les paroles de la présente doctrine et négligerait de les mettre en pratique ! Et tout le peuple dira : Amen ! (Dévarim 27- 12 et 26)

Rashi :

Pour la bénédiction à donner au peuple : Comme indiqué dans le traité Sota (32a). Six tribus sont montées au sommet du mont Guérizim, et six à celui du mont ‘Eval. Les Cohanim, les Léviim et l’arche sainte se trouvaient en bas, au milieu. Les Léviim se sont tournés en direction du mont Guérizim et ont commencé par la bénédiction : « Béni l’homme qui ne fera pas une image et une idole de métal, etc… », les uns et les autres répondant : « Amen ! » Puis ils se sont tournés en direction du mont ‘Eval et ont commencé par la malédiction en disant : « Maudit l’homme qui fera une image et une idole de métal, etc... » (verset 15), et ainsi de suite jusqu’à : « Maudit qui n’accomplira pas etc… » (verset 26).

Le Gaon Rabbi Avraham Ya’akov TEITLBOÏM z.ts.l raconta le fait suivant, dont il a été lui-même témoin :

Lors de la grande assemblée de Rabbanim qui eut lieu à Vienne, de nombreux juifs se réunirent dans la maison où séjournait le ‘Hafets ‘Haïm z.ts.l, afin de lui demander des bénédictions.

Le ‘Hafeç ‘Haïm leur dit :

« Je ne suis pas un Rebbe ! »

Ils insistèrent malgré tout, et le ‘Hafets ‘Haïm n’eut pas d’autre choix que de les bénir.

Parmi les personnes venues demander des bénédictions, se trouvait un homme accompagné de son jeune fils.

Le ‘Hafeç ‘Haïm ne les connaissait pas.

Ce fait se déroulait justement durant la semaine où l’on allait lire la Parasha de Ki Tavo.

Le ‘Hafeç ‘Haïm s’adressa à l’homme en lui disant :

« Je ne sais pas pourquoi tu me demandes une bénédiction. Si tu places ton fils dans une Yéshiva, tu n’as nul besoin de ma bénédiction, puisque 600 000 juifs t’ont déjà bénis en répondant Amen lorsque les Léwiim ont déclaré : Béni l’homme qui accomplira les paroles de cette Torah … ! La Shé’hina (présence divine) ainsi que l’Arche Sainte ont approuvé cette bénédiction !! Mais si tu places ton fils dans une école laïc, je ne peux pas te donner la moindre bénédiction, car je ne peux effacer la malédiction « Maudit qui n’accomplira pas les paroles de la Torah … !! »       

L’homme se mit à trembler de tout son corps ! Comment le ‘Hafeç ‘Haïm avait-il « deviné » ce qu’il fallait lui dire ?!  

La bénédiction : On y échappera pas !

« Toutes ces bénédictions reposeront sur toi et t’atteindront… » (Dévarim 28-2)

Apparemment, le terme « atteindre » correspond plus à un contexte dans lequel une personne fuit un danger ou une chose négative qui finit par le rattraper. Il n’est donc pas très adapté à des bénédictions que l’on n’a généralement pas tendance à fuir.

En réalité, lorsque l’on reçoit de l’abondance de la main d’Hashem, ce n’est que par volonté d’Hashem.

Parfois, même s’il est décrété sur une personne qu’elle doit bénéficié d’une abondance particulière, si au même moment cette personne a un comportement ou même une parole incorrect, cette abondance ne descendra pas sur elle, et elle en sera privée.

C’est la raison pour laquelle le texte nous affirme que si l’on observe les Miçwot de la Torah, Hashem fera en sorte de ne décréter de l’abondance en notre faveur que lorsque l’on est méritant, et ainsi, nous ne serons jamais privés de tout le bien qu’Hashem nous réserve.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan