Index Halakhot Index Halakhot

L’assurance vie selon la Halah’a

Question : Est-il permis de souscrire à une assurance vie ?

Réponse : L’origine de cette question réside dans le fait que nous avons la Emouna (la Foi) en Hachem qui nourrit et subvient aux besoins de toutes Ses créatures. Il y a donc lieu de débattre sur le fait de souscrire à une assurance vie, car « il n’y a pas d’obstacle devant la délivrance d’Hachem », et il est certain que l’homme se doit de placer sa confiance en Hachem, qui subviendra aux besoins de tous ses héritiers après lui. S’il était décrété par le Ciel sur les descendants, qu’ils doivent vivre dans la misère, aucune assurance vie ne pourrait y changer quelque chose, car il est même probable qu’ils perdraient tout l’argent de cet héritage. C’est pour cela qu’à priori, il n’y a pas de sens à souscrire à une telle assurance.

Qui plus est, cela peut être assimilé à un manque de confiance en Hachem.

De plus, le fait de souscrire à une assurance vie, dans laquelle sont exprimés des termes pouvant entraîner des malheurs sur la personne, par exemple, « Si Mr, Mme ________ meurt, nous paierons telle somme à ses héritiers ». Des telles expressions représentent ce que l’on appelle « Ouvrir sa bouche au Satan » (Al Tifta’h Pé LaSatan), car dire (ou signer) des paroles de mauvais augure, peut entraîner leur réalisation immédiate.

Cependant, nous avons expliqué dans la Halah’a précédente, au sujet de la Hichtadlout (l’effort personnel de l’homme) pour la Parnassa (la subsistance matérielle), que la volonté d’Hachem est que le monde soit géré et dirigé, de façon générale, par le naturel. Il n’est pas tellement fréquent qu’Hachem accomplisse des miracles dévoilés pour diriger le monde. Et même quand c’est le cas, pour de très grands Tsadikim (justes) qui le méritent, Il ne le fait que pour une grande nécessité. C’est pourquoi, notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que même s’il est enseigné dans la Guémara Sota (48b) que l’attitude des gens pieux (« H’assidim » selon la définition du Talmud) est de ne jamais se soucier du lendemain, et qu’ils ne se fatiguent que pour obtenir la subsistance du jour, mais pour ce qui est du lendemain, ils placent toute leur confiance en Hahsem qui leur procurera tout ce dont ils ont besoin, malgré tout, cet enseignement ne concerne qu’une élite d’individus, très élevés dans la Torah, et qui, du fait de leur niveau, n’ont plus le droit de s’interroger sur le lendemain. Mais pour ce qui est de la généralité des individus, il est tout à fait permis de se soucier même d’un argent dont on n’a pas besoin aujourd’hui, à la seule condition de garder à l’esprit que ce n’est pas notre effort personnel pour aller gagner cet argent, qui nous le fait obtenir, mais que seule la décision d’Hachem définie le fait que nous l’obtiendrons. Il est strictement interdit de considérer que c’est notre intelligence personnelle  et notre faculté qui nous fait réussir dans nos affaires.

C’est d’ailleurs ce qu’écrit le Meïri dans son commentaire sur Michlé (chap.19 verset 21), que l’homme doit placer sa confiance en Hachem dans tout ce qu’il entreprend, sans s’appuyer sur son effort ou ses capacités au point de croire que c’est sa force et ses efforts qui l’ont fait parvenir jusque là. Bien au contraire, même s’il doit aussi être actif (il doit fournir un effort personnel pour obtenir sa Parnassa), il doit placer sa confiance en Hachem. Mais il ne doit pas aller non plus à l’autre extrême, au point de placer toute sa confiance en Hachem, sans fournir d’effort personnel, car dans tous les domaines, l’empressement est digne de louanges, et la paresse est détestable. Seulement, avec son effort personnel, l’homme doit placer sa confiance en Hachem et doit faire dépendre sa réussite de Lui. Comme il est dit : « De peur que tu dises : C’est ma force et la puissance de mon bras qui me donnent la possibilité de me battre. Tu te souviendras que c’est Hachem ton D. qui te donne la force pour te battre … » (Dévarim).

Par conséquent, notre maître, le Rav Ovadia YOSSEF z.ts.l écrit que celui qui souscrit à une police d’assurance vie, ne transgresse aucun interdit, puisqu’en définitif, il croit au fait que c’est Hachem qui gère et dirige les choses, et que son action ne s’inscrit que dans le cadre de l’effort personnel que l’on investit de la même manière dans nos affaires liées à la Parnassa.

 C’est ainsi qu’il est expliqué par les Tossafot sur la Guémara Bava Kama (70b), au nom de Rabbenou Tam. Les Tossafot débattent sur l’interdit de prêter de l’argent avec intérêt. Ils font remarquer que si l’on prête de l’argent à un non juif, il est permis de prendre un intérêt, mais que nos maitres nous l’ont interdits, de peur de s’habituer à cela, et d’en arriver à le faire même avec un juif. Sur cela, les Tossafot écrivent, qu’à leur époque (moyen âge), il était totalement permis de prêter de l’argent avec intérêt à des non juifs, puisque ils vivaient parmi eux, et qu’ils n’avaient pas la possibilité de se nourrir autrement que par le commerce et les affaires avec les non juifs. En particulier, avec les impôts et taxes très élevés qu’ils devaient payer au roi, ainsi qu’aux princes. C’est pour cela que les Tossafot tranchent que dans de telles situations, il est permis de prêter de l’argent à un non juif, même avec intérêt.

Le TOUR, ainsi que MARAN dans le Choul’han Arouh’ (Yoré Dea chap. 159) tranchent également cette Halah’a.

Nous pouvons déduire de leurs propos qu’il n’y a pas lieu de craindre à un manque de confiance en Hachem, puisqu’ils ont permis, par difficulté, de prêter de l’argent avec intérêt à un non juif, afin de pouvoir se nourrir, sans pour autant trancher que l’homme doit espérer la délivrance d’Hachem sans passer par des moyens naturels pour se nourrir. Tout effort personnel, dans tous les domaines matériels de l’homme, est souhaité par Hachem, et parmi ces efforts, est inclue même la souscription à une assurance vie.

C’est également ainsi que tranchent d’autres grands décisionnaires de ces dernières générations.

Parmi eux, le chou’t LEH’EM CHELOMO, qui fut aussi consulté sur le fait que la souscription à une Assurance vie peut entraîner la prononciation de paroles de mauvais augure, qui peut provoquer leur réalisation, et il répondit qu’il n’y avait aucune crainte à avoir, puisque le RIBACH écrit (chap.114) qu’il est permis à un homme, même en bonne santé, de préparer sa tombe, ainsi que ses linceuls, même de son vivant, preuve en est faite à partir de la Guémara.

Le Leh’em Chélomo ajoute que son oncle, le Gaon Rabbi Naftali z.ts.l, avait lui-même souscrit à une assurance vie, et que s’il y avait le moindre interdit, il ne l’aurait jamais fait.

Conclusion: Il est permis de souscrire à une Assurance vie, à la condition que tout soit fait selon la Halah’a, sur les fondements de notre Torah, dont les chemins sont agréables, et les voies ne sont que paix.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan