Index Halakhot Index Halakhot

Jeûne du 9 AV
Dimanche 1er Août 2016 DEBUT 31/7/2016 FIN
01/08/2016
PARIS 21h30 22h15
LYON 21h10 21h52
MARSEILLE 21h01 21h42

Règles relatives à la veille et au jour du 9 Av

Règles relatives à la veille du 9 Av

Il est rapporté dans le Sefer Ha-Minhaguim de Rabbenou Eizik TIRNA, que l’on ne doit pas se promener la veille du 9 Av. C’est ainsi que tranche le RAMA, et il semble que c’est également ainsi que tranche notre maître le H’YDA, et de nombreux autres décisionnaires.

La veille du 9 Av, lors de Séouda Ha-Mafseket, qui est le dernier repas que l’on mange avant l’entrée du jeûne (repas qui ne peut se prendre qu’après H’atsot Ha-Yom – la moitié de la journée comme nous allons l’expliquer), nos maîtres nous ont interdit de consommer de la viande et du vin, et nous avons également l’habitude de ne pas consommer du poisson lors de ce repas. De même, nous avons l’habitude de ne pas consommer de la bière ou d’autres boissons alcoolisées lors de ce repas.

Cependant, une personne habituée à prendre un digestif en fin de repas, comme du Whisky par exemple, cette personne a un appui Halah’ic pour le faire même lors de Séouda Ha-Mafseket.

De même, nos maîtres ont interdit de consommer 2 plats différents lors de Séouda Ha-Mafseket.

1 œuf « dur » et 1 œuf « sur le plat » sont considérés comme 2 plats différents sur ce point.

Par contre, 2 mets différents cuisinés dans une seule marmite, et c’est l’usage habituel de les cuisiner ensemble, comme une soupe de légumes, ou bien un poivron farci au riz par exemple sont considérés comme un seul plat, et il est donc permis de les manger lors de Séouda Ha-Mafseket.

De même, nos maîtres n’ont interdit que 2 sortes de plats différents, mais le pain ou ce qui lui ressemble ne sont pas considérés comme un plat sur ce point.

Il est également permis de consommer lors de ce repas plusieurs sortes de fruits ou de légumes à la condition qu’ils soient crus, mais s’ils sont cuits ou en conserve et qu’ils ne se consomment pas à l’état cru, ils sont considérés comme un plat sur ce point.

Certains ont l’habitude de consommer du pain avec de la cendre (que l’on obtient en  brûlant du papier par exemple) lors de Séouda Ha-Mafseket.

Nos maîtres enseignent (Guémara Ta’anit 30a) que Rabbi Yehouda bar Rabbi Il’aï avait l’habitude de consommer du pain sec trempé dans du sel, en étant assis « entre le four et le fourneau » (l’endroit le plus humiliant de la maison à leur époque), il buvait une carafe d’eau, et semblait comme celui « dont le mort est posé devant lui ».

Il est convenable d’adopter une attitude similaire lors de Séouda Ha-Mafseket.

Nous avons l’habitude de nous assoir par terre lors de Séouda Ha-Mafseket.

Cependant, il est souhaitable de ne pas s’assoir à même le sol, mais de poser d’abord une couverture ou un tapis ou un tissu, puisque selon l’opinion des Kabbalistes, il n’est pas bon de s’assoir à même le sol.

Il ne faut pas prendre Séouda Ha-Mafseket par groupe de 3 hommes pour ne pas avoir à dire le Zimoun (phrases d’invitations à dire le Birkat Ha-Mazon, que l’on prononce lorsque l’on est au moins 3 hommes), mais chacun s’assiéra dans un coin différent.

Tous les Dinim qui viennent d’être donnés ne concernent qu’un repas que l’on prend après H’atsot Ha-Yom (la moitié de la journée), et qui est ce que l’on appelle Séouda Ha-Mafseket, le dernier repas avant le jeûne.

Mais si l’on envisage de manger encore un autre repas ensuite, même si le 1er repas a lieu après H’atsot Ha-Yom, il n’est pas considéré comme Séouda Ha-Mafseket, puisque l’on a l’intention de consommer encore un autre repas.

De même, si l’on mange avant H’atsot Ha-Yom, même avec l’intention explicite de ne plus rien manger jusqu’au jeûne, ce repas n’est pas considéré comme Séouda Ha-Mafseket.

Le jour de Tich’a Be-Av (le jeûne du 9 Av), 5 interdits sont en vigueur :

Manger et boire ; Se laver ; S’enduire (le corps avec de l’huile ou de la crème corporelle) ; Porter des chaussures en cuir ; Pratiquer l’intimité conjugale

De même, il est interdit d’étudier la Torah, puisque les paroles de la Torah réjouissent le cœur. Il n’est autorisé d’étudier ce jour-là que le livre de Iyov (Job), ou les prophéties de la destruction du Beit Ha-Mikdach dans le livre de Irmiya (Jérémie), ou les Midrachim relatifs à la destruction du Beit Ha-Mikdach, ou les Halah’ot relatives au deuil. Il est également permis d’étudier les livres de Moussar (étique et morale juive) qui ont pour vocation de motiver l’homme à faire Techouva et à améliorer ses actes.

La veille du 9 Av, nous devons arrêter de manger un peu avant la Chki’a (le coucher du soleil). Les 5 restrictions entrent en vigueur à partir de la Chki’a.

Il est interdit de se laver le jour du 9 Av, à l’eau chaude comme à l’eau froide, aussi bien la totalité du corps que des parties. Il est même interdit de tremper son doigt dans l’eau.

Par conséquent, le matin du 9 Av, on procède à la Netilat Yadaïm (l’ablution des mains) en lavant uniquement les doigts jusqu’aux deuxièmes phalanges (c'est-à-dire, jusqu’à la jonction entre les doigts et la paume de la main), 3 fois alternées, comme l’usage habituel, et on récite la Berah’a de ‘Al Netilat Yadaïm.

C’est ainsi qu’il faut également procéder lorsqu’on sort des toilettes, pendant le 9 Av.

On ne se lave pas le visage le jour de Tich’a Be-Av.

Le matin, après avoir procédé à la Netilat Yadaïm, on passe les mains encore humides sur les yeux.

S’il y a de l’humeur ou toute autre saleté sur l’œil, il est permis de nettoyer l’endroit sale.

Une personne très pointilleuse sur sa propreté, qui ne peut pas supporter de ne pas se laver le visage le matin, est autorisée à se laver le visage le matin du 9 Av.

Une nouvelle mariée, qui se trouve dans les 30 jours de son mariage, est autorisée à se laver le visage avec de l’eau le matin du 9 Av, afin de ne pas déplaire à son mari.

Dans les Halah’ot relatives au jeûne du 17 Tamouz, nous avons mentionné le cas d’une personne qui souffre particulièrement de la privation de se laver les dents le matin d’un jeûne, et nous avons établie qu’il lui était autorisé de se laver les dents, à la condition de veiller à ne pas avaler la moindre goûte d’eau, et aussi à ne pas introduire dans la bouche une quantité de 1 Révi’it  d’eau (8.1 cl) en une seule fois.

Mais, cette autorisation exceptionnelle n’est pas valable pour le 9 Av.

Cependant, si une personne souffre énormément de ne pas se laver les dents, ou bien que le fait de ne pas se laver les dents lui provoque une très mauvaise haleine, cette personne peut s’autoriser à se laver les dents en respectant les 2 conditions que nous avons déjà mentionnées (ne rien avaler, mettre moins d’1 Révi’it d’eau en une seule fois dans la bouche), et en ajoutant une 3ème condition : pencher la bouche vers le bas.

Il n’est pas possible de s’étendre sur l’explication de chaque Din dans le cadre de cette rubrique.

A la demande de nombreuses personnes :

Nous avons expliqué qu’il est interdit de porter des vêtements propres pendant la semaine dans laquelle tombe le jeûne du 9 Av (cette semaine), et qu’à cet effet, chacun doit revêtir, avant la semaine dans laquelle tombe le 9 Av, pendant environ 1 heure chaque vêtement qu’il envisage de porter pendant cette semaine. Ainsi, le vêtement n’aura plus le statut de vêtement propre, et il sera permis de le porter pendant la semaine dans laquelle tombe le 9 Av.

La question posée est la suivante :

Que peut faire une personne qui a oublié de préparer les vêtements pour cette semaine ? A-t-elle une solution afin qu’il lui soit permis de revêtir un vêtement propre ?

La réponse est donnée par le livre Leh’em Ha-Panim au nom du MAHARACH de Louvlin selon qui si l’on placé le vêtement pendant environ 1 heure sur un sol brut, il sera permis de le revêtir pendant la semaine dans laquelle tombe le 9 Av, car il n’a plus le statut de vêtement propre. Notre maître le Rav Chlita écrit que dans un cas où l’on a oublié de préparer les vêtements pour cette semaine, on peut s’appuyer sur cette opinion afin de permettre de revêtir des vêtements de cette façon.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan