Index Halakhot Index Halakhot

Destruction et vente du H’amets

Le jour du 14 Nissan, c’est à dire cette année (5776), le Vendredi matin (22 Avril), on procède à la destruction du H’amets jusqu’à la fin de l’heure impartie pour sa destruction.

En France, la fin de l’heure de destruction du H’amets correspond à environ 12h08. La fin de l’heure de consommation correspond à environ 10h29 (Paris). Nous devons nous conformer en tout endroit aux horaires figurant sur les calendriers agrées.

Comment détruit-on le H’amets ?

On le brûle ou on l’émiette au vent en miettes très fines, ou bien on le jette à la mer, mais l’usage est de le brûler. Si un H’amets a été jeté à la décharge public (avant l’heure d’interdiction du H’amets), il n’est pas nécessaire selon la Halah’a, de le brûler.

Un H’amets possédé par un juif pendant Péssah’

Toute personne qui maintient du H’amets en sa possession durant Pessah’, annule l’accomplissement d’une Mitsva positive donnée par la Torah, comme il est dit : « Vous ferez disparaître le levain de vos demeures », et transgresse un interdit, comme il est dit « le H’amets ne sera pas vue chez toi ».

C’est pourquoi, nos sages ont imposés un châtiment selon laquelle (Pessah’im 28a) :

Le H’amets d’un juif (possédé par un juif durant Pessah’) est interdit au profit (même après Pessah’). Ce H’amets est interdit au profit, aussi bien pour son propriétaire que pour qui que ce soit.

Même dans le cas où des personnes ignorent que ce H’amets a été possédé par un juif durant Pessah’ et donc interdit, si l’on sait la vérité, on a le devoir de leur faire savoir, afin de les écarter et de les sauver de la transgression, et qu’ils n’en consomment pas.

Toute personne qui craint Hachem, ne doit acheter du H’amets après Pessah’ que lorsqu’elle est sûr que les propriétaires du magasin ont vendu leur H’amets à un non juif durant Pessah’, par l’intermédiaire du rabbinat local, ou d’un autre organisme de Cacherout, selon l’usage.

La vente du H’amets

Le peuple d’Israël a pour tradition, en particulier les commerçants, de vendre le H’amets à un non-juif la veille de Péssah’. La vente du H’amets peut se faire au moyen d’une signature sur un pouvoir permettant sa vente par le biais des rabbins des différentes communautés, en tout endroit. Il est très conseillé de procéder à une vente de H’amets, en particulier pour une personne qui désire maintenir divers produits H’amets chez elle, en raison des quantités qu’il serait dommage de détruire, comme des alcools précieux ou autre.

Il faut faire attention pendant la vérification du H’amet de ne pas omettre les boissons alcoolisées qui sont souvent oubliées lors de la vérification.

Le pouvoir de la vente du H’amets s’explique par le fait qu’un H’amets possédé par un non juif pendant Péssah’, ne sera pas interdit après Péssah’ puisque le non juif n’est absolument pas soumis à l’interdiction de H’amets et de ce fait, les non juifs sont autorisés à en posséder pendant Péssah’. C’est pourquoi, par le moyen de la vente du H’amets dans les conditions requises par la Halah’a, le H’amets est catégoriquement vendu au non juif.

Comment réalise-t-on la vente du H’amets ?

Le Rav de la ville rencontre un non juif la veille de Péssah’ et lui explique parfaitement le contenu du contrat qu’il va signer. Le non juif verse un acompte d’une centaine de Chékalim (ou euros, ou autre monnaie locale) pour tout le H’amets qu’on lui vend. On convient ensuite avec lui qu’après Péssah’, il pourra s’il le désire payer le solde de la vente (qui s’élèvera à plusieurs millions, selon la valeur du H’amets vendu). Dans ses conditions, le non juif sera autorisé à venir prendre le H’amets quand il le désirera en tout endroit où il se trouve. S’il ne paye pas le solde de la vente après Péssah’, le H’amets reviendra en possession des juifs qui pourront alors le consommer ou en faire du commerce à leur gré.

Même s’il est de notoriété que le non juif ne viendra pas après Péssah’ pour prendre définitivement possession du H’amets, malgré tout, puisqu’il a la possibilité de le faire, la vente est valide, comme l’écrit MARAN dans la Choulh’an Arouh’ (chap.448) en ses termes :

« Si l’on a vendu ou offert (le H’amets) à un non juif en cadeau total avant Péssah’, même si l’on a vendu le H’amets à un non juif en sachant pertinemment qu’il ne le touchera absolument pas et qui le conservera pour le juif jusqu’à après Péssah’ pour ensuite lui restituer, il est permis de le faire. »

Ses propos prennent leur source dans le Téroumat Ha-Déchen sur ce point.

Où entreposer le H’amets vendu ?

Lorsqu’on vend son H’amets à un non juif, il faut le conserver dans un placard ou dans une pièce particulière en précisant sur la porte du placard ou de la pièce que le H’amets vendu y est entreposé, afin de ne pas se heurter à un risque de consommation du H’amets pendant Péssah’.

Acheter des produits H’amets après Péssah’

Toute personne qui craint Hachem, achètera des produits à base de H’amets après Péssah’ seulement de commerçants observant les Mitsvot, qui ont vendu de façon certaine leur H’amets à un non juif, par l’intermédiaire du rabbinat local, ou par tout autre organisme de Cacherout, comme le veut l’usage.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan