Index Halakhot Index Halakhot

« Qui est l’homme fort ? C’est celui qui contrôle son penchant »

Il est enseigné dans le Pirké Avott (Paragr. 5 Michna 1), Qui est l’homme fort ? C’est celui qui contrôle son penchant. Apparemment il est plus juste de dire « Qui est l’homme fort ? C’est celui qui contrôle son mauvais penchant » et non son penchant, car le penchant fait référence également au bon penchant, or l’homme se doit d’écouter celui-ci ?!

Il semble que l’on peut répondre à partir des dires de notre maître le Rav Chlita (avec lesquelles il explique pourquoi la Michna emploi le terme de « son penchant » et non « le penchant »), que le Yétser Ha-Ra’ possède plusieurs styles de stratégies et il s’adapte selon la personne à qui il a à faire. Par exemple s’il traite avec un érudit dans la Thora alors il va l’inciter à aller faire de la Tsédaka plutôt que d’étudier la Thora, car il sait très bien qu’il n’y a rien de plus puissant que la Thora il fera donc tout pour l’empêcher d’étudier. Et lorsqu’il a à faire avec une personne qui a les moyens d’aider les gens pauvres et en détresse, il l’incite à faire une autre Mitsva comme lire des Téhilims, etc.

A partie de cela nous pouvons expliquer ce que vient nous enseigner l’auteur de la Michna en disant « son penchant », car mis à part le fait que chacun possède son propre Yetser Ha-Ra’ qui est adapté à son statut, il paraît à l’homme parfois que le Yetser Ha’Ra’ est le Yétser Ha-Tov  (le bon penchant), mais ce n’est que ruse et son seul but est d’éloigner l’homme de ce qui pourrait l’amener à exploiter son potentiel spirituel et d’arriver à la complétude, et c’est pour cela qu’il est écrit « son penchant » tout court, car l’homme fort se doit même de contrôler ce qui paraît être le bon penchant .

On raconte sur un riche avare qui habitait la ville de Rofchitz en Pologne et qui était réputé pour son avarice. Le soir de Kippour, pares la prière tous les pauvres de la ville se réunissaient pour lire des Téhilims et le riche aussi s’associa à eux. Le Rav Naftali de Rofchits qui était présent demanda au riche d’arrêter sa lecture des Téhilims et de venir le voir. Le Rav lui demande alors, dis-moi mon cher ami, tu sais que la Pologne a déclaré la guerre à l’Autriche, et comme tu le sais le gouvernement possède plusieurs corps d’armée, l’armée de terre de mer, etc. Que penserais tu d’un soldat faisant partie de la cavalerie, mais qui sait gouverner un navire de guerre qui déserte son camp pour prendre contrôle d’un navire de guerre et qui réussit à combattre l’ennemi avec réussite, quelle récompense lui donnerais tu ? Le riche lui répond, non seulement que je ne lui donnerai pas de récompenses, mais en plus il mérite d’être puni pour avoir déserté son peloton il est donc pas moins qu’un déserteur, car il est imposable qu’un soldat prenne des initiatives, seul, sans se plier aux ordres de ses supérieurs ! le riche demanda au Rav, mais quel est le lien entre cela et le saint jour de Kippour ? Le Rav lui répondit : je tiens à t’expliquer à la lumière de ta réponse con,cernant le soldat que tu es un déserteur et tu dois payer pour cela en ce saint jour de Kippour! Le riche demanda comment il peut être déserteur alors qu’il n’est pas du tout en âge de servir dans l’armée. Le Rav lui répondu : sache qu’Hachem a lui aussi son armée dans laquelle il existe plusieurs régiments, il y a le régiment des érudits en Thora, celui des pauvres qui lisent les Téhilims et le régiment de ceux vont aider les nécessiteux. Voila que toi Hachem t’a donné les moyens d’aider ceux qui sont dans le besoin tu fais donc partit de cette armée, mais voila que tu décides d’aller avec un autre régiment qui est celui des pauvres qui lisent les Téhilims, tu es donc « un déserteur », car pour Hachem tu n’es pas à ta place  assit ici à lire des Téhilims avec les pauvres. Va donc te coucher couvert de drap de soie et repose toi et demain matin lors de la levée des fonds pour la Yéchiva tu devras donner de bon cœur pour cette cause et servir d’exemple pour tous les fidèles.

Le lendemain le Rav commença la levée des fonds et voila que le riche annonce un don de 10000 roules, ce qui représentait une somme astronomique, les fidèles ont été très surpris de découvrir la bonté de cet homme et cela incita toute la communauté à en faire de même, chacun selon ces moyens. 

Il est évident qu’il incombe à chacun de concentrer son service divin sur ce qu’il est destiné de faire, mais personne n’est dispensé de consacrer un temps pour l’étude de la Thora afin qu’il sache comment l’appliquer, et ainsi il aura une part directe dans la Thora d’Israël.

 

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan