Index Halakhot Index Halakhot

Lire le Chéma’ au coucher

Question :

 Y a-t-il une obligation de lire le Shema’ avant d’aller dormir ?

Dans les Siddourim (les livres de prières), le Shema’ du couché est précédé de la Béra’ha de « Hamapil », doit on la réciter avec Shem OuMal’hout (avec le Nom d’Hashem et l’expression de sa royauté = … A.D.O.N.A.Ï Elohenou Mele’h Ha’olam …) ?

Réponse :

Il est enseigné dans la Guémara Bra’hot (60b)

Lorsque l’on va dormir, on récite la Bra’aha de Hamapil ‘Hevlé Shena ‘Al ‘Enaï … (qui amène le sommeil sur mes yeux…).

Il est expliqué dans les Tossafot et le Morde’hi que toutes les Bra’hot mentionnées dans le 9ème chapitre de la Guémara Bra’hot, doivent être dites avec Shem OuMal’hout (avec le Nom d’Hashem et l’expression de sa royauté = … A.D.O.N.A.Ï Elohenou Mele’h Ha’olam … comme nous l’avons déjà expliqué plusieurs fois).

La Béra’ha de Hamapil que nous disons avant le Shema’ du couché, ne fait donc pas exception à cette règle. Nous sommes donc tenus de la dire avec Shem Oumal’hout. C’est ainsi que tranchent de nombreux autres Rishonim (décisionnaires antérieurs au Shoul’han ‘Arou’h).

Il expliqué dans les Poskim (décisionnaires) que nous ne récitons cette Béra’ha (ainsi que le Shema’ du couché) que lorsque l’on va se coucher pour la nuit, mais on ne la récite pas lorsque l’on va dormir en journée.

Il est également expliqué que selon la tradition, on fait suivre le Shema’ par le sommeil, en veillant à ne pas s’interrompre entre les 2.

Le Gaon Rabbi Yossef ‘HAÏM de Bagdad z.ts.l écrit dans son livre Ben Ish ‘Haï (Parasha de Pekoudé), qu’il est juste de réciter la Béra’ha de Hamapil avec Shem OuMal’hout, et c’est d’ailleurs ainsi qu’il faut agir même du point de vue de la Kabbala (le sens mystique de la Torah), conformément aux enseignements de notre maître, le saint Ari Z’’al. Cependant, certains ont l’usage de la réciter sans Shem OuMal’hout par crainte d’avoir à s’interrompre ensuite entre la Béra’ha et le sommeil, et d’avoir réciter Béra’ha Levatala (une Béra’ha en vain).

Mais notre maître la Rav Ovadia YOSSEF shalita s’est étendu sur la question et a réfuté ses propos. Notre maître le Rav shalita écrit que même si l’on s’est interrompu entre la Béra’ha et le sommeil, cela ne constitue pas du tout une Béra’ha Levatala, et il n’y a pas à la réciter de nouveau, car le but essentiel pour lequel a été instituée cette Béra’ha, n’est pas le sommeil, mais le fait que l’usage du monde est d’aller dormir le soir.

Par conséquent, sur le plan pratique, il est certain qu’il n’est pas justifié d’annuler la récitation de cette Béra’ha (avec Shem OuMal’hout) par simple crainte que l’on risque de s’interrompre avant de s’endormir, car cette Bra’aha n’a rien avoir avec le sommeil en lui-même, mais uniquement avec le fait d’aller dormir.

C’est ainsi que tranchent de nombreux autres Poskim de notre temps.

L’auteur du livre Shou’t Tsits Eli’ezer, Rabbi Eli’ezer Yehouda WALLDINBERG z.ts.l écrit dans son livre (tome 7 chap.27), que même si une personne a récité le Shema’ du couché, en ayant dit la Béra’ha de Hamapil avec Shem OuMal’hout, et que l’on vient lui poser une question ensuite, cette personne a tout à fait le droit de répondre, et qu’il est certain qu’il ne faut pas annuler la récitation de cette Bra’ah (avec Shem OuMal’hout) par simple crainte d’interruption.

Cependant, notre maître le Rav shalita écrit qu’il est quand même recommandé de faire attention à ne pas s’interrompre entre le Shema’ du couché et le sommeil.

Lorsque l’on va dormir après la moitié de la nuit, on récite la Béra’ha de Hamapil sans Shem OuMal’hout.

Dans la prochaine Hala’ha, B’’H, nous expliquerons ce point, et nous dirons également le statut des femmes vis-à-vis de cette Béra’ha.

 

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan