Index Halakhot Index Halakhot

Elever les talons lors de la Kédoucha

Question : Lorsque l’assemblée dit la Kédoucha (« Nakdichah’ Véna’aritsah’… ») avec l’officiant lors de la répétition de la ‘Amida, doit-on réaliser des petits sauts en élevant les talons lorsqu’on dit la phrase « Kadoch, Kadoch, Kadoch… » ? Quelle est la hauteur de ces petits sauts ? Doit-on procéder ainsi également pour les phrases « Barouh’ Kévod Hachem… » et « Imloh’ Hachem ?

Réponse : Elever les talons lorsqu’on dit « Kadoch, Kadoch… »

Nous avons l’habitude d’élever les talons lorsqu’on dit la phrase « Kadoch, Kadoch, Kadoch… », en s’élevant une fois à chaque « Kadoch ». Le fait de s’élever un minimum, est comparable au fait de s’élever vers le ciel, comme lorsqu’on élève les yeux vers le haut. C’est pour cela que l’on a l’usage de le faire lors de la Kédoucha. Cet usage à de saints fondements et il est répandu à travers toutes les communautés d’Israël. Il prend sa source dans un Midrach cité par le Beit Yossef :

« Qu’ils élèvent leurs talons avec leurs corps lorsqu’ils me sanctifient ». Le Sefer Héh’alott, dont les propos sont cités par le Chibolé Ha-Lékett et le Tour, fait lui aussi référence à cet usage. Le Méïri explique que nous avons cet usage car nous désirons nous comparer aux anges, sur lesquels il est dit : « Les anges d’Hachem bougent… »

Quelle hauteur faut-il sauter ?

Le Gaon Rabbi Yossef H’AÏM écrit dans son livre Ben Ich H’aï que chacun des 3 sauts lors de « Kadoch » doit être plus important que le précédent, ce qui signifie que l’on doit augmenter chaque saut sur le précédent, car on va en évoluant dans le domaine du sacré. D’autres Kabbalistes et décisionnaires partagent l’opinion du Ben Ich H’aï sur ce point, et parmi eux Rabbi David ‘ARAMA au nom de Rabbenou Ménah’em de RIKANTI z.ts.l. Mais le Kaf Ha-H’aïm écrit que malgré les propos des Kabbalistes, il ne faut pas agir ainsi, car selon l’enseignement Kabbalistique du ARI zal, le premier « Kadoch » est le plus importants des 3, et de ce fait, il est certain qu’il ne faut pas s’élever de façon plus importante lors du 2ème et du 3ème « Kadoch ». Telle est la tradition de la plupart des communautés, de ne pas modifier la façon de s’élever, et à chacun des 3 « Kadoch », nous nous élevons de façon égale.

Les personnes qui ont l’usage de sauter de façon exagérée

Le MAHARCHAL, Rabbenou Chélomo LOURIA, écrit dans son livre Yam Chel Chélomo :

« Je suis très étonné de constater l’usage de certaines personnes qui font de véritables bonds vers le haut lors de la Kédoucha, et je ne sais pas d’où leur est venu cet usage. Selon mon avis, cet usage est un usage d’idiots, car on n’a pas trouvé dans le Sefer Héh’alott (qui est la source de l’usage de faire de petits sauts) aucun bond lors de la Kédoucha, mais seulement une élévation du corps vers le haut, comparable à une élévation des yeux vers le haut. Il n’est pas question de danses ou de bonds vers le haut, ou bien d’élévation des pieds, mais seulement d’élévation des talons, ce qui signifie qu’il faut légèrement élever les talons en élevant le corps, et pas davantage. »

A partir de là, nous constatons qu’il ne faut pas s’élever plus que nécessaire comme ceux qui ont cet usage.

Sauter lors de « Barouh’ Kévod Hachem Mi-Mékomo »

Nous avons l’usage d’élever les talons du sol également lorsqu’on répond « Barouh’ Kévod Hachem Mi-Mékomo », ainsi que lorsqu’on répond « Imloh’ Hachem Lé-‘Olam », comme l’écrit le Chlah Ha-Kadoch (Chéné Louh’ott Ha-Béritt), que les principaux décisionnaires mentionnent. Il est vrai que selon certains Kabbalistes il ne faut pas adopter cet usage, malgré tout, notre tradition est d’élever les talons même lors de ces versets, et il ne faut pas s’écarter de la tradition. Telle est la tradition de notre maitre le Rav Ovadia YOSSEF Zatsal.

Dans son livre Halih’ott ‘Olam (Térouma), le Rav Zatsal ajoute qu’il est probable que même selon les Kabbalistes, il n’y a pas de restriction à le faire, mais selon eux, il n’y a pas de nécessité à le faire.

Conclusion :

Il faut élever les talons 3 fois lorsqu’on répond « Kadoch » lors de la Kédoucha. Il faut élever les talons de façon raisonnable, sans faire des bonds exagérés. Il faut également élever les talons de façon égale à chacune des 3 fois. Nous avons l’usage d’élever les talons également lorsqu’on répond « Barouh’ Kévod Hachem Mi-Mékomo », ainsi que pour « Imloh’ Hachem Lé-‘Olam ».

 

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan