Vendredi 4 Mai

Chahrit : 07h00

Allumage: de 19h40 à 20h15

Chir Hachirim : 19h15

Minha : 19h30

Arvit : suivi

Samedi 5 Mai

Cours : 07h00

Chahrit : 08h45

Cours : 19h25

Minha  : 20h25

Arvit  : 22h05

Fin de Chabbat : 22h07

 

• Strengthening the World by the Study of Torah
• Pride: the Source of all Sins
• “Say and You Shall Say” – Correcting the Damage Done Through Speech
• “Say…and You Shall Say” – Adults Must Care For The Young

Rabbi David Hanania Pinto

"Speak to the kohanim, the sons of Aaron, and say to them: Let none [of you] defile himself for a dead person among his people" (Vayikra 21:1)

The Gemara explains (Yevamot 114a) "Speak…say": [This double expression comes] to admonish the adult [Kohanim to be responsible] for the minors [that they must not contaminate themselves]." This needs clarification – why only concerning defiling oneself for a dead person did the Torah feel it necessary to admonish the adult to be responsible for the minors. What is unique about this prohibition, more than the other severe prohibitions of the Torah, such as keeping the Shabbat, which is punishable by stoning, or the prohibition of eating "cheilev" which is punishable by Karet; why concerning these prohibitions did the Torah not admonish the adults about the minors?...

• « Dis et tu diras » – la réparation du mal qu’on fait avec la langue
• Les remontrances aident l’homme à s’élever en sainteté
• L’orgueil est la source de toutes les fautes
• Son cœur s’enorgueillit dans les voies de l’Eternel... (la Torah à travers l’humilité)
• L’amour du prochain
• Tes miracles qui sont avec nous chaque jour...
• Une mauvaise racine abîme la foi et la confiance en Dieu
• Dis et tu diras – les actes des pères sont un signe pour les enfants...

Nous avons déjà expliqué qu’il est interdit de se couper les cheveux et de se raser la barbe pendant les jours du ‘Omer. De même, nous observons d’autres usages de deuil pendant cette période, comme nous l’avons expliqué.

Nous avons précisé que selon la tradition des Achkénazim, on observe ces usages seulement jusqu’au 33ème jour du ‘Omer, c'est-à-dire jusqu’à ce jeudi (3 mai), car selon leur tradition, c’est à partir de ce jour que les élèves de Rabbi ‘Akiva ont cessé de mourir.

Mais selon la tradition des Séfaradim et des originaires des communautés d’orient, on ne peut autoriser qu’à partir du 34ème jour du ‘Omer au matin, comme le tranche MARAN dans le Choulh’an ‘Arouh’, que l’on n’est autorisé à se couper les cheveux qu’à partir du 34ème jour du ‘Omer au matin.

Dans les règles du deuil (Choul’han ‘Arouh’ Y.D chap.395), nous avons un principe selon lequel « une partie de la journée équivaut à toute la journée »....

Rabbi David Hanania Pinto

« Parle aux Cohanim, fils d’Aharon, et dis-leur : nul ne doit se souiller par le cadavre d’un de ses concitoyens. » (Vayikra 21, 1)

La Guémara explique (Yévamot 114a) : « Parle (…) et dis-leur : Que les adultes prennent garde [également à ce que cette interdiction ne soit pas enfreinte] par leurs enfants ! » Ce commentaire demande explication : pourquoi n’est-ce que concernant l’interdiction de se rendre impur que la Torah a éprouvé le besoin de mettre en garde les parents concernant leurs enfants ? En quoi cette interdiction est-elle plus grave que les autres graves transgressions mentionnées par la Torah comme celles concernant l’observance du Chabbat, sanctionnée par la lapidation, ou la consommation de graisses interdites, sanctionnée par une peine de karèt ?...