L’héritage de Yossef le Tsadik

 « Yossef dit à ses frères : Je vais mourir, et D. vous visitera certainement et vous fera monter de ce pays vers le pays qu’Il a juré à Avraham, à Yitz’hak et à Ya'akov. » Les Sages ont dit dans le Midrach : « Quand Yossef s’est apprêté à quitter ce monde, il a appelé ses fils et leur a dit : Je quitte ce monde, et je partage entre vous toute ma fortune. A ce moment-là, il a sorti de sa poitrine sept selaïm [des pièces d’argent] et les leur a données. »

C’est absolument extraordinaire : la Guemara dit (Pessa’him 119a) : « Yossef a caché trois trésors en Egypte, l’un a été découvert par Kora’h, l’autre a été découvert par Antoninus fils d’Assuérus, et le dernier est resté caché pour les tsaddikim dans l’avenir. » Par conséquent, pour quelle raison Yossef n’a-t-il fait hériter à ses fils que sept selaïm ?

Hachem donne la réussite à ceux qui Le craignent

Les Sages ont enseigné (Avot 6, 9) : « Au moment où quelqu’un meurt, ce n’est pas l’argent ni l’or ni les pierres précieuses ni les perles qui l’accompagnent, mais uniquement la Torah et les bonnes actions, ainsi qu’il est écrit (Michlei 6, 22) : « Qu'ils te guident dans tes marches, veillent sur ton repos et te soient un sujet d'entretien à ton réveil », qu’ils te guident dans tes marches, en ce monde-ci ; veillent sur ton repos, dans la tombe ; et te soient un sujet d’entretien à ton réveil, dans le monde à venir.

Notre maître le Ramban nous a expliqué (Béréchit 47, 14) : « Yossef a ramassé tout l’argent… ce verset termine le sujet pour toute la paracha, pour nous dire la grandeur de Yossef en sagesse et en réflexion. C’était un homme digne de confiance, qui a amené tout le trésor chez Paro, n’a pas gardé pour lui-même de trésors cachés en Egypte ni n’en a envoyés au pays de Canaan, mais il a donné tout l’argent au roi qui lui avait fait confiance, et il lui a acheté les terres et aussi les personnes ; de cette façon, il a également plu au peuple, car Hachem fait réussir ceux qui Le craignent. »

Par conséquent, pourquoi Yossef n’a-t-il rien pris de tout ce trésor pour lui-même ou pour ses enfants ? Parce qu’il savait que l’homme ne vient pas en ce monde pour l’argent, mais pour étudier la Torah et accomplir les mitsvot. Quand il quitte ce monde, il ne prend rien avec lui de toute la fortune qu’il a amassée pendant toute sa vie. Les Sages ont enseigné (Kohélet Rabba 8, 8) sur le verset « il n’y a plus de pouvoir le jour de la mort » que l’homme ne peut pas dire à l’ange de la mort : « Attends-moi jusqu’à ce que je fasse mes comptes, et ensuite je viendrai… » c’est pourquoi il n’a rien caché de tout cet argent, mais il l’a transféré à Paro et à la royauté, tout cela parce qu’il voulait enseigner à ses enfants ce principe important qu’il ne faut pas travailler pour l’argent, mais pour acquérir des mitsvot et des bonnes actions qu’on emporte avec soi dans le monde à venir.

A présent, nous pouvons comprendre pourquoi Yossef a légué à ses fils une si petite somme de sept selaïm : sept, qui correspondent aux soixante-dix années de la vie de l’homme, et selaïm, pour leur dire qu’ils gardent à l’esprit que la fin de l’homme est d’être enterré sous une pierre (sela), et de ne prendre rien d’autre avec lui que les mitsvot et les bonnes actions, devant lesquelles la pierre (sela) ne peut pas résister, ainsi qu’il est dit (Yirmiyah 23, 29) : « comme le marteau fait éclater la pierre ». Même si l’homme avait tout l’or et l’argent du monde, ils ne résisteraient pas devant la pierre et devant la mort, et une fois qu’il est mort, les richesses retournent à leur propriétaire.

Il ne s’est pas enorgueilli

De plus, bien que Yossef ait fait partie de dix personnes qui ont gouverné, comme l’ont dit les Sages (Pirkei DeRabbi Eliezer 10) : le troisième roi c’est Yossef, qui a régné d’un bout du monde à l’autre, ainsi qu’il est dit (Béréchit 41, 57) : « Tout le pays est venu vers l’Egypte, il n’est pas écrit « venu en Egypte » mais « vers l’Egypte », ils apportaient un tribut pour acheter du blé à Yossef, qui a été vice-roi pendant quarante ans et pendant quarante ans a régné sur lui-même, ainsi qu’il est dit (Chemot 1, 8) : « Un nouveau roi se leva sur l’Egypte. » Les Sages ont également dit (Midrach Asseret Melakhim) : « Yossef régnait d’un bout du monde à l’autre, ainsi qu’il est écrit (Béréchit 42, 6) « Yossef gouvernait le pays, c’est lui qui fournissait à manger à tout le peuple de la terre ».

Quoi qu’il en soit, il ne s’enorgueillissait pas en son cœur et ne se sentait pas supérieur à ses frères parce qu’il régnait, il savait que le Saint béni soit-Il l’avait envoyé en ce monde-ci pour sauver Israël, et il a dit (Béréchit 45, 5) : « Car D. m’a envoyé devant vous pour la subsistance. » Il a aussi dit (Béréchit 45, 8-9) : « Ce n’est pas vous qui m’avez envoyé ici, mais D., et il a fait de moi un père pour Paro, un seigneur pour toute sa maison et un gouverneur pour tout le pays d’Egypte. Allez vers mon père et dites-lui : Voici ce qu’a dit ton fils Yossef : D. m’a placé comme seigneur sur l’Egypte. » Il a fait attention de dire « D. m’a placé », pour leur faire savoir que c’est pour cela que son âme était descendue dans le monde, et qu’il ne s’enorgueillissait pas de cette royauté, afin d’accomplir ce qui est écrit (Devarim 17, 20) : « que son cœur ne se sente pas supérieur à ses frères ». Il leur a également dit après la mort de Ya'akov (Béréchit 50, 20) : « Vous avez pensé du mal pour moi mais D. a pensé du bien, afin qu’aujourd’hui je puisse faire vivre un grand peuple. » Le Targoum Yonathan traduit que tant que Ya'akov était en vie, ses fils mangeaient chez lui, ils s’asseyaient devant lui par ordre d’aînesse, et Yossef à la tête de tout le monde, parce que c’est ce que Ya'akov avait demandé. A partir de maintenant, leur père étant mort, bien qu’ils lui demandent de s’asseoir à la tête de la table, il ne l’acceptait pas, et il ne mangeait pas avec eux par respect pour eux. Mais eux croyaient que c’était parce qu’il les détestait, c’est pourquoi il leur a dit : « Ce n’est pas cela, mais je ne peux pas prendre place à la tête et je n’ai pas envie de me montrer plus grand que vous, je n’ai été fait roi sur vous que pour faire vivre un grand peuple. »

Comme la royauté ne lui était pas montée à la tête, il a voulu enseigner cela à ses fils et n’a rien gardé de tout l’argent, il a tout transmis à Paro, pour enseigner que l’or, l’argent et les pierres précieuses n’accompagnent pas l’homme, mais uniquement la Torah et les bonnes actions.

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan