La controverse: faute grave

Pour Rachi, le terme ‘Hatséroth (Deutéronome 1:1) fait essentiellement allusion à la controverse de Kora’h et Di Zahav au veau d’or qu’ont fabriqué les enfants d’Israël. Le Isma’h Moché et le Midrach s’étendent là-dessus. Citant le Drouche Chmouel, le Gan Ravéh pose la question: le péché de Kora’h et son assemblée a précédé celui du veau d’or. Pourquoi le verset stipule-t-il l’inverse?

A notre humble avis, ceci vient nous montrer que la controverse est plus grave que l’idolâtrie. Car la controverse engendre la médisance et les péchés les plus graves. Le Midrach nous cite là le cas de la génération d’A’hav qui livrait combat à ses ennemis et en sortait victorieuse, en dépit du fait qu’elle  adorait des idoles et ne s’engageait pas dans l’étude de la Torah. Chacun veillait toutefois à ne pas médire de l’autre. En revanche, à l’époque de David, ils étaient vaincus par leurs ennemis, parce qu’ils médisaient l’un de l’autre (Vayikra Rabah 26:2).

En outre, la médisance correspond aux trois péchés les plus graves, comme l’enseigne la Guémara (‘Erkhine 16b). Le Midrach, quant à lui, enseigne que les lettres qui forment le mot Ma’HLoKeTh sont: Macah (coup); ‘Haron (colère); Likouy (déficience); Kelalah (insulte) et To’évah (abomination). C’est pourquoi Moïse a fait précéder la controverse au péché du veau d’or (cf. Bamidbar Rabah 18:10).

 

L’interdiction de la médisance
TABLE DE MATIERE
Du pouvoir de la prière et la Torah

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan