Du pouvoir de la prière et la Torah

Il est écrit: J’implorai l’Eternel à cette époque... (Deutéronome 3:23).

De quelle époque s’agit-il? Dans un de ses livres sur la Torah, Rabbi Israël Salanter écrit à ce sujet: Nous voyons par là qu’il ne faut pas se dire: Cette époque-ci est propice pour la Torah et la prière, et celle-là ne l’est pas. Je n’ai pas la force, l’esprit, le temps de m’y mettre. J’étudierai quand j’aurai le temps (Avoth 2:5). Non! toutes les époques sont bonnes pour l’étude de la Torah et la récitation de prières! Et si ce n’est pas maintenant, quand le pourrai-je? (id. 1:14). Il ne faut jamais négliger aucune prière, ou choisir ses moments pour étudier la Torah... Peut-être précisément au moment où j’ai du temps pour étudier et prier et m’en abstiens, on porte au Ciel des accusations contre moi. Qui se proposera alors à ma défense? Par conséquent, dès que nous avons une minute de libre, n’hésitons pas et engageons-nous de suite dans l’étude de la Torah. Seule la Torah porte le nom de Tov (Bérakhoth 5a), comme il est écrit: Je vous ai donné une bonne doctrine: c’est Ma loi; ne l’abandonnez pas! (Proverbes 4:2).

Ceci nous permettra de comprendre pourquoi Moïse aspirait tant à entrer en Erets Israël. Et comme l’enseignent nos Sages: avait-il besoin de la nourriture qu’elle fournissait? (Sotah 14a). Mais ce qu’il voulait c’était accomplir toutes les mitsvoth qui lui sont relatives. Or, toute la Torah porte le nom de Moïse, comme il est écrit: Souvenez-vous de la Torah de Moïse, Mon serviteur (Malachie 3:22). C’est pour nous qu’Il dicta une doctrine à Moïse; elle restera l’héritage de la communauté de Jacob (Deutéronome 33:4). Par conséquent, si chacun étudie la Torah et en accomplit les mitsvoth, c’est comme si c’était Moïse qui l’étudiait et les accomplissait; il s’agit plus particulièrement des élèves qu’il a formés au cours des générations. Pourquoi donc Moïse a-t-il tant insisté pour entrer en Terre Sainte et y accomplir les commandements divins?

Comme l’enseignent nos Sages, Moïse savait ce que le Sage le plus érudit allait découvrir de nouveau dans la Torah au cours des générations (Méguilah 19b) et que la Torah présente soixante-dix facettes (Bamidbar Rabah 13:15). Si Moïse tenait tant à entrer en Terre Sainte, c’était donc précisément pour accomplir toutes les mitsvoth d’après toutes les interprétations que les générations suivantes devaient donner de la Torah.

Comment peut-on accéder à un tel niveau spirituel? En faisant de son monde un monde de la Torah, en l’étudiant en tout temps, sans répit. On perçoit ainsi sa véracité profonde et on peut comparer toutes les innovations et interprétations relatives à chacune des mitsvoth: on les accomplira alors sans la moindre trace de controverse ou de doute. On comprendra aussi la Torah clairement sans ombre et doute... C’est en fait ce que cherchait Moïse... Nous voyons par là combien il faut prier pour percer la profondeur de la Torah et ne pas faillir, à Dieu ne plaise.

Notre maître Moché voulait recevoir la Torah comme don gratuit, comme les Tsadikim (Dévarim Rabah 2:1), car la compréhension de la Torah, qui porte le nom de Tov, dépend de la volonté de Dieu et elle a été donnée en cadeau. Nous aussi, nous voulons donc la recevoir comme cadeau pour pouvoir la comprendre. Commentant le verset: Celui qui a un bon coeur sera béni (Proverbes 22:9), la Guémara explique que c’est parce qu’il avait bon coeur (littéralement: bon oeil) que Moïse a transmis la Torah à Israël (Nédarim 38a). Il ne faut donc jamais prétendre: Par mes mérites, Dieu m’aidera à comprendre la Torah! Car peut-être je n’en ai pas et tout ce que je fais n’est pas désintéressé... Même Moïse n’a pas compté sur les nombreuses bonnes actions qu’il accomplissait.

Comme nous l’avons vu dans une leçon précédente, l’Eternel a demandé à Moïse d’exercer sur les Midianites la vengeance des enfants d’Israël (Nombres 31:2). Après quoi tu seras réuni à tes pères (id.). A entendre un tel commandement, un homme normal aurait été tellement troublé qu’il n’aurait eu aucune envie de prier. Il n’en était pas de même de Moïse qui a gardé toute sa lucidité. Il nous donne ainsi une excellente leçon: c’est précisément en temps de détresse et de danger que nous devons concentrer toute notre pensée pour prier et servir l’Eternel, et ne pas nous décourager devant le malheur.

On lit toujours la section hebdomadaire VaEt’hanane le Chabath Na’hamou qui suit le 9 Av. Le Saint Temple ne sera reconstruit que par l’étude de la Torah et la prière. C’est là notre consolation, né’hamah. Comme on le sait, la prière récitée avec le maximum de lucidité et qui n’est pas influencée par les malheurs de l’exil, libère de la Galouth... A la question de ses disciples: Que fait Rabénou avant la prière? Rabbi ‘Haïm de Tsanz répondit: Je prie de pouvoir prier pendant la prière. C’est exactement ce qu’a dit Moïse: J’ai imploré l’Eternel. Quelle était sa prière? à cette époque en disant (lémor): J’ai demandé à l’Eternel de m’aider à dire ce que je dois lémor (dire).

Que m’importe la multitude de vos sacrifices? dit l’Eternel aux enfants d’Israël. Je suis saturé de vos holocaustes... Néoménie, Chabath, saintes solennités, Je ne puis les souffrir... (Isaïe 1:11, 13). C’est que les enfants d’Israël ne se sont pas engagés constamment dans l’étude de la Torah, ce qui les a fait succomber aux trois péchés capitaux et ce qui a engendré la destruction du Saint Temple... Il convient par conséquent de fixer tous les jours un temps pour la Torah et de s’engager de plus en plus dans son étude quand on a un moment de libre. Car, comme on le sait, le monde repose sur trois fondements: l’étude de la Torah, la prière et les bonnes actions (Pirké Avoth 1:2). L’homme qui est un cosmos en miniature (Séfer Yétsirah 212) doit se dire que le monde n’a été créé que pour lui (Sanhédrine 37a) [d’où sa grande responsabilité]... Et s’il n’étudie pas et ne prie pas, il contribue à la destruction de son propre monde...

On peut ainsi expliquer le verset: Le temps est venu d’agir pour L’Eternel: on a violé Ta Loi (Psaumes 119:126): si on se contente de fixer un temps pour l’étude de la Torah sans chercher à l’étudier chaque fois qu’on a un moment de libre, alors on a violé Ta Loi, et c’est la raison pour laquelle Jérusalem a été détruite. Et vous, qui êtes restés fidèles à L’Eternel, votre Dieu, vous êtes tous vivants aujourd’hui (Deutéronome 4:4). Quand êtes-vous fidèles à l’Eternel? Quand vous vous engagez dans l’étude de la Torah, qui porte le nom de vie (Avoth déRabbi Nathan 34:10). Aujourd’hui, c’est-à-dire en tout temps, toute la journée, et pas seulement à temps fixe. Autrement, vous risquez de tomber entre les forces du mal, vos prières ne seront pas dignes de leur nom et votre monde sera détruit. Mais si vous vous engagez constamment dans l’étude de la Torah, vous construirez le monde.

 

 

La controverse: faute grave
TABLE DE MATIERE
La vertu de la téchouvah avant la prière

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan