Rabbi Moché Aaron Pinto Zatsal

Rabbi Moche Aharon Pinto width=

Le mercredi 5 Eloul 5745 s’est éteint, à Ashdod, à l’âge de 73 ans après une longue et pénible maladie qui a duré 3 ans, le Tsadik « Lumière et Pilier du Monde ».

Rabbi Moché Aharon Pinto était le fils du Saint et Vénéré Rabbi Haïm Pinto Hakatane et descendant du grand Tsadik Rabbi Yochiahou Pinto auteur du livre « Le Rif sue Ein Yaacov » et de Rabbi Yaacov Pinto l’auteur du livre sue le Zohar « Mikdach Melekh ».

Rabbi Moché Pinto était parmi les Tsadikim Nistarim (cachés) qui ne voulait pas se manifester, et interdisait aux gens de parler de lui. Mais le jour de son décès, les gens ont témoigné des miracles réalisés grâce aux bénédictions du Tsadik. Ses disciples réunissent ses récits pour en faire un ouvrage. Ses miracles sont innombrables. D’ailleurs même après le décès de Rabbi Moché Pinto des personnes ont pu bénéficier encore. Comme nos Sages le disent : « Les Tsadikim sont vivants même après leur mort ».

Une voisine de Rabbi Moché Pinto, était médicalement reconnue stérile depuis quinze ans. Deux mois et demi avant le décès du Tsadik, elle était venue voir la rabbanite pour la supplier de voir Rabbi Moché dans sa chambre sans lui parler ni le déranger. En entrant, Rabbi Moché Pinto malgré sa maladie et sa souffrance, a esquissé un geste amical en direction de cette femme et lui a souri. Quinze jours plus tard, elle était enceinte. Les médecins n’y comprirent absolument rien.

Rabbi Moché Pinto souffrait de nombreuses maladie. Il avait notamment, la gangrène. Les médecins du célèbre hôpital Hadassah de Jérusalem voulaient lui amputer les deux jambes. Il avait toujours refusé en disant qu’aucun descendant de Rabbi Yochiahou Pinto n’a jamais subi de mutilation. Il rappelait toujours aux médecins « Je suis venu dans ce monde avec deux jambes, avec mes deux jambes je quitterai ce monde ». En disant cela, il levait ses mains vers le ciel et invoquait son arrière grand-père, Rabbi Haïm Pinto Hagadol. Le jour où il devait finalement être opéré, le docteur a dit à la famille du Tsadik qu’il allait essayer un ultime traitement. Si ce traitement échoué, il serait obligé de couper les jambes sinon la vie de Rabbi Moché était en danger. Le miracle s’est réalisé. Le jour même il y eut une amélioration très sensible de la circulation du sang, l’opération ne s’imposait plus. Une fois libéré de la gangrène, il a dit : c’est  maintenant que mes souffrances vont commencer !

A partir de là son état s’est tristement aggravé, il perdit l’usage de la parole, de l’ouïe, de la vue et devint sujet à des attaques cardiaques. Chaque fois, il levait les mains vers le ciel et les embrassaient en signe de soumission joyeuse.

Les Admorims et les Rabbanim qui venaient lui rendre visite durant cette période ont remarqué deux choses :

- Chaque fois il touchait sa tête pour s’assurer que sa Kipa était bien en place.

- Chaque fois il faisait un geste c’était pour qu’on lui lave les mains.

Et pourtant médicalement son cerveau ne fonctionnait plus. Malgré tout il baignait dans la lumière de la Kédoucha et son esprit était toujours avec son peuple pour lequel il ne s’arrêtait jamais de prier. Quand ses enfants lui apportaient le Talith et les Téfilines, il les prenait dans sa main droite, les serrait contre son cœur et pleurait doucement. Il pleurait de ne plus être en mesure d’accomplir la Sainte mitsva du Talith et des Téfilines.

D’autres larmes ont coulé quelques instants seulement avant son décès. Non pas des larmes de souffrance physique mais des larmes de l’ultime souffrance morale de n’avoir pu assister de son vivant à la venue du Machiah.

Des profondeurs de la détresse de l’homme, l’espoir est là, que notre bien aimé Rabbi Moché Aharon Pinto avec les légions des Saints d’Israël intercède en notre faveur et précipite la venue du Machiah. Amen Véamen.

En 1983 avant sa maladie, il avait fait deux recommandations à ses enfants :

- Ceux-ci devaient éditer le livre « les lois de la Téchouva » de Harambam, Rabbi Moché Ben Maimon. C’est chose faite et ces livres sont gracieusement mis à la disposition des synagogues, écoles, centres communautaires…

- Que le Sepher Torah du Très grand Tsadik Rabbi Yochiahou Pinto, écrit il y a 360 ans, soit montré dans les communautés juives du monde parce qu’à son avis ce Sepher Torah avait une ségoula de la destruction de  la Avoda Zara, ce qui rapprochait la venue du Machiah qu’il avait attendu toute sa vie durant.

Rabbi Moché n’a jamais quitté sa maisons. Nos Sages disent que c’est son père qui lui avait demandé de faire vœu de rester enfermé pendant 40 ans.

Il est resté 30 ans dans sa maison à Mogador et 10 ans à Casablanca.

Il avait créé à l’intérieur de la maison une synagogue et une salle d’études et il recevait des milliers de personnes qui venaient de partout pour recevoir sa bénédiction.

Une fois le vœu accompli, et la période de 40 ans passé, il est allé se recueillir sur al tombe de son vénéré Arrière Grand-Père et lui demander la permission d’aller s’installer en Israël.

 

 
INDEX TSADIKIM
 

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan