Index Halakhot Index Halakhot

Règles et traditions des Sélih’ott

Le mois d’Eloul représente le début des jours de miséricorde et de supplications.

Il est enseigné dans Pirké Dé-Rabbi Eli’ezer (chap.45) :

Moché Rabbénou est resté 40 jours sur la montagne.

La journée, il apprenait le Mikra (la Loi écrite), et le soir, il apprenait la Michna (la Loi orale).

Au bout de 40 jours, il prit les Tables de la Loi et redescendit vers le camp.

Constatant que les Béné Israël avaient conçu le ‘Eguel (le Veau d’Or), il brisa les Tables de la Loi. Il resta 40 jours dans le camp, jusqu‘à avoir brûlé le ‘Eguel (le Veau d’Or) et l’avoir pulvérisé comme la poussière de la terre. Il condamna à mort toutes les personnes qui aveint servi le ‘Eguel et il extirpa l’Idolâtrie du peuple d’Israël. Il rétablit chaque tribu à sa place. Roch H’odech Eloul, Hachem dit à Moché Rabbénou : « Monte vers moi dans la montagne. » Hachem avait pardonné à Israël. On fit retentir le Chofar dans tout le camp, pour informer que Moché était de nouveau monté dans la montagne, pour ne pas qu’ils s’égarent de nouveau vers l’idolâtrie. Fin de citation.

Puisque c’est le jour de Roch H’odech Eloul qu’Hachem demanda à Moshé Rabbénou de remonter de nouveau dans la montagne pour recevoir les deuxièmes Tables de la Loi (signe du pardon Divin), les Séfarades et les originaires des communautés du moyen orient ont la tradition à partir de ce jour là, de se lever plus tôt que d’habitude et de se rendre à la synagogue chaque matin durant 40 jours pour dire les Sélih’ott (supplications) jusqu’à Yom Kippour où Moché Rabbénou est redescendu de la montagne avec les secondes Tables.

La nuit de Roch H’odech on ne dit pas les Sélih’ott.

Par conséquent, cette année (5776) où Roch H’odech tombe Samedi et Dimanche, les Sélih’ott débuteront Dimanche soir à partir de H’atsott (moitié de la nuit). 

Dans le temps, tout le monde avait l’usage de se lever avant l’aube pour réciter les Sélih’ott, on parvenait à s‘élever considérablement durant le mois d’Eloul, et on était motivé à se repentir sincèrement sur toutes les actions, jusqu’aux jours de Roch Ha-Chana et de Yom Kippour, où tout le monde atteignait un niveau spirituel supérieur, par la prière et le repentir.

Les communautés Achkénazes n’ont pas la tradition de dire les Sélih’ott depuis Roch H’odech Eloul, mais ils ont la tradition de sonner du Chofar chaque matin à partir de ce jour là, après la Téfila de Chah’arit (l’office du matin), afin de prévenir Israël pour qu’ils fassent Téchouva, comme il est dit : « Si le Chofar retentit dans la ville, le peuple n’aura-t-il pas peur ?! » (‘Amos 3). Cette tradition de sonner du Chofar pendant 40 jours, sert également à perturber le Satan.

Certains ont la tradition de sonner également à l’office de ‘Arvit (l’office du soir).

La tradition chez les Achkénazes est de débuter les Sélih’ott à partir du dimanche qui précède Roch Ha-Chana.

Si Roch Ha-Chana tombe un lundi ou un mardi, ils débutent du dimanche de la semaine d’avant.

Par conséquent, cette année (5776) où le 1er Yom Tov de Roch Ha-Chana (5776) tombe un Lundi, les Achkénazes débuteront les Sélih’ott à partir du dimanche 22 Eloul (25.09.2016), ce qui correspond à 8 jours avant Roch Ha-Chana.

Hormis le fait que nous devons dire les Sélih’ott duirant cette période, chacun doit se préserver et veiller à ne pas tomber dans le piège de la paresse. On doit se stimuler dès le début du mois d’Eloul, se renforcer de toutes ses capacités, procéder à une introspection de ses actes, réaliser un réel repentir des différentes fautes que l’on a commis, en particulier sur des actes courants sur lesquels on doit se repentir, afin de ne pas avoir honte lorsqu’on va se présenter devant le grand roi, le maître du monde, le jour de Roch Ha-Chana. Dans ces conditions, Hachem nous accordera une année bonne et bénie.

Par conséquent, chacun doit réfléchir à l’importance de la de honte qui sera subie si l’on se présente devant Hachem avec des demandes personnelles, alors qu’on se trouve au même niveau spiriyuelle que l’année précédente. Dans le ciel, on dira à la personne : « Tu n’as absolument pas fais le moindre effort ni le moindre progrès depuis l’année dernière, par quel mérite veux tu demander des choses Hachem ?! »

En particulier si l’on avait pris des engagements l’année précédente et qu’on ne les a pas honorés, cela nécessite davantage de vigilance car une mise en accusation plus importante peut être entraînée.

C’est pourquoi, il faut s’engager dans de bonnes choses mais que l’on a la certitude de tenir. Les engagements peuvent être de quelque importance, ce qui compte c’est de les honorer.

On doit également se stimuler à étudier le Moussar (morale et éthique juive) avec beaucoup de réflexion, afin de trouver grâce aux yeux du grand roi du jugement, au jour du grand et redoutable jugement.

 

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan