Index Halakhot Index Halakhot

Une Souccah dans un balcon (découvert)

Question : Une Souccah constituée de parois de tissu adossées à la balustrade d’un balcon, est-elle valable ?

Réponse : Si l’on a constitué les parois de la Souccah en plantant des barreaux de façon successive, l’un à côté de l’autre, et qu’il n’y a pas plus de 3 Téfah’im (24 cm) entre chaque barreau, la Souccah est valable.

La règle de « Lavoud »

Cette autorisation repose sur le principe selon lequel tant que la distance entre les barreaux reste inférieure à 3 Téfah’im, c’est considéré comme « Lavoud », c'est-à-dire, collé. Cela signifie que les barreaux sont considérés comme étant « collés » l’un à l’autre sans espace entre eux. De ce fait, la paroi est valable. Cette règle est valable aussi bien lorsque les barreaux sont disposés de façon verticale, aussi bien lorsqu’ils sont disposés da façon horizontale. Dans tous les cas, si la distance entre les barreaux ne dépasse pas 3 Téfah’im, la paroi est valable.

La balustrade d’un balcon

A la lueur de ces propos, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita écrit :

Un balcon fermé à ses 3 côtés par des barreaux de métal, comme une balustrade, si la distance entre chaque barreau ne dépasse pas 3 Téfah’im et que l’on a constitué le Skah’ (le toit) conformément au Din, la Souccah est valable.

Tout ceci à la condition bien sûr que le balcon se trouve à ciel ouvert, sans un autre balcon au-dessus.

Un balcon auquel on a placé des draps sur les côtés

Même si l’on a tendu des draps ou des tentures de haut en bas à proximité de la balustrade afin de constituer une paroi fermée, la Souccah reste valable. Il est vrai que nous avions expliqué qu’une Souccah dont les parois sont constituées de tissu ou autre n’est pas valable, ceci n’est vrai que lorsque les draps sont véritablement les seules parois de la Souccah. Mais dans notre cas, les parois de la Souccah sont les barreaux de la balustrade du balcon disposés l’un à proximité de l’autre, et les draps ne sont d’aucune utilité sur ce point.

La hauteur de la balustrade du balcon

Mais il nous reste un point à clarifier.

Peut-on se fier à la balustrade d’un balcon en guise de parois de la Souccah, alors que la hauteur de la balustrade n’est pas très haute ?

En réalité, il est expliqué dans la Michna au début du traité Souccah, que si la Souccah n’a pas une hauteur minimale de 10 Téfah’im (80 cm), la Souccah n’est pas valable. Selon cela, si la hauteur des parois n’atteint pas au moins 80 cm, la Souccah n’est pas valable.

Il faut donc que les barreaux de la balustrade du balcon aient une hauteur minimale de 80 cm pour que la Souccah soit valable.

Le Gaon Rabbi Avraham H’aïm Naé z.ts.l écrit qu’il faut ajouter 1 cm sur les 80, afin que la taille ne soit pas trop juste. Notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita approuve cette opinion, et écrit qu’il est préférable par mesure de piété d’élever les parois à une hauteur d’1 mètre, car selon certains décisionnaires, la mesure du Téfah’ est supérieure à 8 cm. Tel est l’usage de plusieurs communautés Achkénazes, et telle est l’opinion du Gaon H’azon Ich. Mais selon la stricte règle, 81 cm suffisent.

 (La longueur et la largeur de la Souccah doivent faire au minimum 7 Téfah’im sur 7 Téfah’im, qui font environ 56 cm sur 56 cm, et selon ce que l’on a écrit précédemment, la Souccah doit faire au moins environ 57 cm de longueur sur environ 57 cm de largeur au minimum. Selon l’opinion du Gaon H’azon Ich, la taille de la Souccah doit faire au moins 70 cm en longueur et largeur.)

 

Hevrat Pinto • 32, rue du Plateau 75019 Paris - FRANCE • Tél. : +331 42 08 25 40 • Fax : +331 42 06 00 33 • © 2015 • Webmaster : Hanania Soussan