A cause des restrictions dus au Corona Virus la synagogue est fermé pour les offices.

Vendredi 5 Juin 2020

Allumage : de 21h31

Samedi 6 Juin 2020

Sortie de Chabbat :22h56

• The Gates of Torah and Repentance are Never Closed
• Prepare Yourself in the Corridor in Order To Enter the Palace
• The Virtue of Repentance and Affliction
• Elevating Oneself Through the Study of Torah and Mussar
• Can Someone Be a Nazir in our Time?

Rabbi David Hanania Pinto

"Then the leaders brought forward offerings for the dedication of the Altar on the day it was anointed" (Bamidbar 7:10)

The word 'dedication' (חנוכה ), comes from the term 'education' (חנוך ), while the Mizbeach (Altar) implies Am Yisrael. Together, the leaders of the tribes educated Am Yisrael and taught them that everything is dependent on unity. This is the meaning of, "a wagon for each two leaders, and an ox for each". Each leader joined together with another leader in a show of instructing Am Yisrael on the importance of unity, 'as one man with one heart'. In this vein, on the words "a wagon for each two leaders", the Seforno explains: "As a sign of brotherhood among them, through which they became fitting to have the Shechina rest among them, as it says (Devarim 33:5), 'He became king over Yeshurun when the numbers of the nation gathered in unity'"...

• La vertu de la pénitence et de l'affliction
• Prépare-toi dans le vestibule pour rentrer dans le palais
• Grand est le repentir qui monte jusqu'au Trône Céleste
• De la vertu de l'abstinence et de la sainteté contre le mauvais penchant
• La sainteté du nazir: L'élimination du mauvais penchant

Dans une précédente Halah’a, nous avons expliqué le principe de goûter un aliment, et nous avons précisé que même lorsqu’on avale ce que l’on goûte, malgré tout, puisque l’on a pas l’intention d’en tirer profit, mais seulement d’en vérifier l’assaisonnement, on ne récite pas de bénédiction sur l’aliment que l’on veut goûter. Comme nous l’avons expliqué, cette règle est valable même lorsqu’on avale ce que l’on goûte, comme le tranche le RAMBAM...

Rabbi David Hanania Pinto

« Les phylarques firent des offrandes inaugurales pour l’autel, le jour où il avait été oint. » (Bamidbar 7, 10)

Il est intéressant de noter que le terme ‘hanouka (inauguration) est construit sur la même racine que le mot ‘hinoukh. Quant à l’autel, il fait allusion au peuple juif. D’où la nouvelle lecture de notre verset : ensemble, les princes de tribus éduquèrent les enfants d’Israël en leur montrant que la solidarité est à la base de tout. Cette notion se retrouve à travers la présentation de leurs offrandes : « Une voiture par deux phylarques, un taureau par phylarque. » Symboliquement, cela exprimait l’association d’un prince avec un autre leur permettant de contribuer, ensemble, à l’éducation du peuple...