• The Obligation to Learn the Reasons for Each of the Mitzvot
• “And These Are the Ordinances” – The Secret of Reincarnation
• Enslavement to G d – Complete Freedom
• The Time Known as Shovavim
• The Fear of Heaven in Private and in Public

Rabbi David Hanania Pinto

In the section of Eved Ivri (Jewish bondsman) the Abarbanel zt"l writes: "'He shall work for six years and in the seventh he shall go free, for no charge.' The verse is clarifying that if, when he stole, his intention was to gain freedom from the burden of supporting himself and his family, he will leave emptyhanded. He will have nothing but the embarrassment and disgrace of having worked six years as a slave and then leaving without a thing, 'If he shall arrive by himself he shall leave by himself,' gaining nothing from his toil. And if he has a wife and he wished to place the burden of livelihood on his master, in the end he will leave together with his wife and the burden will return to him as previously. This is the meaning of 'his wife shall leave with him.'"

Even though the Torah is stringent with this servant who stole and thought that...

• L’asservissement dans l’humilité
• De l’obligation d’apprendre la motivation de chacune des Mitsvoth
• «Car ils sont Mes esclaves»
• «Et voici les statuts», Le secret de la réincarnation
• Interdiction de consommer la viande avec le lait ; La sainteté face à la kélipah
• Des vertus de la période appelée CHOVAVIM

Nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) discutent afin de définir si l’accomplissement des Mitsvot nécessite une Kavana, c'est-à-dire une pensée spécifique, ou non.

Par exemple, une personne qui consomme de la Matsa le soir du Seder de Pessa’h - où le fait de manger la Matsa constitue une obligation imposée par la Torah – sans penser à l’accomplissement de la Mitsva de consommer de la Matsa, mais uniquement en pensant calmer sa faim.

Selon l’opinion de ceux qui pensent que l’accomplissement des Mitsvot ne nécessite pas de Kavana (pensée spécifique)...

Rabbi David Hanania Pinto

Au sujet du serviteur hébreu, le Rav Abravanel écrit : « “Il restera six années esclave, et la septième, il sera remis en liberté sans rançon” : s’il a volé dans l’intention de se soustraire au joug du gagne-pain, il ne gagnera rien, hormis la honte de travailler six ans en tant que serviteur acheté. Au terme de ses années de servitude, il sera libéré sans rançon, mais sans rien emporter avec lui, car “s’il est venu seul, seul il sortira”. Et s’il était marié et a pensé pouvoir compter sur son maître pour lui pourvoir une subsistance, à la fin de sa servitude, “sa femme sortira avec lui” et il devra de nouveau assumer leur gagne-pain. »

Nous en retirons une leçon édifiante. La Torah tient certes rigueur à cet homme, qui a volé afin de s’esquiver de son devoir de trouver...