• Prayer is Never in Vain
• Welcoming Guests Under the Wings of Divine Protection
• Protecting the Holiness of the Sign of the Covenant
• The Deeds of the Fathers are a Sign for the Children
• Hospitality: Commandment and Virtue
• The Importance of The Mitzvah of Hospitality

Rabbi David Hanania Pinto

“And He said, 'Please take your son, your only one, whom you love – Yitzchak – and go to the land of Moriah; bring him up there as an offering upon one of the mountains which I shall tell you'” (Bereishit 22:2)

Contemplating the enormous challenge of the Akeidah, where Avraham Avinu went to slaughter his only son, born to him after one hundred years, brings into focus the extent to which Avraham Avinu loved Hashem with his entire heart and soul. Indeed, this test seems impossible to fathom. Hashem asked Avraham Avinu to offer his only son, Yitzchak, on the Altar, exactly as one burns a sacrifice, leaving only his ashes.

How could Hashem demand this of Avraham Avinu...

• La force du mérite des Patriarches
• Enseigner à son prochain pour le rendre méritant
• Ceux qui prient ne restent pas les mains vides
• Le pouvoir du repentir et de l’abnégation
• La foi en D., source des bénédictions
• Le comble de la perfection, être pur et sans trace de péché

Introduction des règles relatives au traitement des jardins esthétiques et des plantes en pots pendant la 7ème année

Nous avons déjà expliqué que lors de l’année de la Chémita, la Torah interdit de travailler la terre, comme il est dit : « Tu n'ensemenceras ton champ ni ne tailleras ta vigne. Le produit spontané de ta moisson, tu ne le couperas point, et les raisins de ta vigne intacte, tu ne les vendangeras point: ce sera une année de chômage pour le sol. ». (Vaykra chap.25).

Nous allons à présent expliquer des cas pratiques sur ce point.

Les règles du travail de la terre pendant la 7ème année ne concernent que le pays d’Israël, mais puisque nous avons de nombreux abonnés qui habitent à l’étranger et que ces règles ne les concernent pas sur le plan pratique, nous ne nous étendrons pas beaucoup sur ces règles...

Rabbi David Hanania Pinto

« Il reprit : “Prends donc ton fils, ton fils unique, celui que tu aimes, Its’hak ; achemine-toi vers la terre de Moria et, là, offre-le en holocauste.ˮ » (Béréchit 22, 2)

Quiconque se penche sur le formidable récit de l’épreuve de la ligature d’Its’hak, où Avraham fut prêt à sacrifier son fils unique, engendré à l’âge de cent ans, ne manquera d’en déduire son puissant amour pour D.ieu. Comment concevoir que l’Éternel ait exigé de sa part de renoncer à son cher enfant et de le brûler sur l’autel comme un holocauste ?...