• The Goat for Azazel
• Acting Normally
• The Duty to Mourn the Passing of a Tzaddik
• A Warning Against Pride
• Distance Yourself From Immorality
• The Power of Habit in the Performance of Mitzvot

Rabbi David Hanania Pinto

"Hashem spoke to Moshe after the death of Aharon's two sons, when they approached before Hashem and they died" (Vayikra 16:1)

Let us consider why this Parsha is called 'Acharei Mot', 'after the death' (of Aharon's two sons), since their death is only mentioned in the first verse of the Parsha, while the rest of the Parsha speaks about matters concerning the Mikdash. It would seem more appropriate to call this Parsha 'Mishkan' or something similar, why does the name refer to a subject that is actually described in greater detail in Parshat Shemini?

To answer this question, we will start...

• Le dévouement de Nadav et Avihou s’est répercuté sur toutes les générations
• La force de l’habitude dans l’accomplissement des mitsvoth
• Le bouc pour Azazel est une façon de faire taire nos accusateurs
• Ne suivez pas leurs coutumes
• L’évocation du jour de la mort
• Eloignez-vous de la débauche
• Les mariages mixtes sont un danger pour l’existence du peuple d’Israël
• La disparition des justes

 

Le TOUR écrit au nom de Rabbénou Haï GAON qu’il existe un usage selon lequel on n’effectue aucun travail entre Pessah’ et Chavou’ot, à partir du couché du soleil et au-delà.

Cet usage a 2 explications :

1. Les 24 000 élèves de Rabbi ‘Akiva - qui sont morts dans cette période – décédaient juste avant le couché du soleil, et on les enterrait après le couché du soleil. Le peuple cessait toute activité pendant les enterrements, en signe de deuil. C’est pourquoi, on décréta pour toutes les générations à venir, que l’on n’effectuera aucune activité chaque jour du ‘Omer, à partir du couché du soleil.

2. Nous comptons le ‘Omer après le couché du soleil, et il est écrit dans la Torah...

Rabbi David Hanania Pinto

« L’Eternel parla à Moché, après la mort des deux fils d’Aharon qui, s’étant avancés devant l’Eternel, avaient péri. » (Vayikra 16, 1)

Mis à part le premier verset d’A’haré Mot qui évoque la mort des deux fils d’Aharon – événement plus longuement détaillé dans Chemini –, le reste de la section traite de sujets relatifs au sanctuaire. Aussi, pouvons-nous nous interroger sur le choix du titre de notre section, qui fait mention d’un épisode apparemment secondaire à celle-ci.

En guise de préambule, rappelons les différentes explications données de la peine capitale qui sanctionna Nadav et Avihou. Certains affirment qu’ils furent punis pour s’être consacrés au service du sanctuaire alors qu’ils n’étaient pas mariés, d’autres, pour y avoir pénétré dans un état d’ivresse. D’aucuns avancent qu’ils apportèrent un feu étranger sans en avoir reçu l’ordre, d’autres qu’ils...